XIIe Atelier international de recherche et de formation Ecominga amazónica

Une équipe uqamienne revient d’un séjour à Concepción (région de Santa-Cruz en Bolivie), où s’est tenu, du 27 octobre au 2 novembre 2012, le 12e atelier international du projet de coopération interuniversitaire Ecominga amazónica, qui associe l’UQAM à trois universités de l’Amazonie bolivienne.  Rappelons que ce projet – financé par l’ACDI dans le cadre d’un programme géré par l’AUCC – vise la formation d’équipes universitaires et de leaders communautaires en matière d’écodéveloppement, plus spécifiquement axé sur des questions de santé environnementale relatives à l’eau et à l’alimentation.
L’atelier  visait globalement à coordonner le travail réalisé dans les trois grandes sphères du projet Ecominga, au sein des quatre universités partenaires : 1) la formation des équipes professorales boliviennes au niveau de la maîtrise et du doctorat à l’UQAM; 2) la formation de leaders communautaires par ces équipes académiques;  3) la réalisation de projets d’écodéveloppement par les écoleaders dans les collectivités concernées.  

En plus des différents moments de formation et d’échange sur ces activités, trois conférences publiques  étaient au programme de cet atelier. Wanda Smoragiewicz, professeure au département de biologie,  a traité du rôle des microorganismes dans la santé humaine, exposant les enjeux de la résistance aux antibiotiques et le potentiel des aliments probiotiques dans ce contexte. Sylvie Jochems, professeure à l’école de travail social, a entretenu les participants sur le rôle des technologies de l’information dans l’émergence des récentes mobilisations sociales à travers le monde. Marie Saint-Arnaud, chercheure associée au Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté, a prononcé une conférence portant sur la participation des peuples autochtones du Nord et du Sud dans la gestion forestière, un thème bien d’actualité dans le contexte de l’Amazonie bolivienne. Marie a d’ailleurs rencontré, au cours de ce voyage, des acteurs du projet de Forêt modèle de la Chiquitania, duquel sont partenaires CUSO International et la Fondation pour la protection de la forêt de la Chiquitania (une ONG bolivienne). Ils ont discuté ensemble de pistes de collaboration.

La soirée inaugurale de l’atelier a été l’occasion de célébrer la graduation de neuf étudiants boliviens qui ont complété à l’été dernier le Programme court de 2e cycle en éducation relative à l’environnement de l’UQAM.  Laurence Brière, étudiante au doctorat en sciences de l’environnement à l’UQAM, qui a suivi de près la formation à distance de cette cohorte, a animé la cérémonie. Quelques jours plus tard, les neuf étudiants à la maîtrise en éducation – sous la direction de Lucie Sauvé et Isabel Orellana, toutes deux professeures au département de didactique et respectivement directrice internationale et coordonnatrice académique internationale du projet Ecominga – ont présenté aux partenaires réunis les principaux éléments de leur rapport de recherche-intervention.

Les partenaires du projet Ecominga réunis à Concepción lors du XIIe Atelier international de recherche et de formation

Photo : Ecominga

En amont de cet atelier international, l’équipe uqamienne s’est rendue dans la ville de Trinidad pour rencontrer les autorités universitaires et discuter de stratégies de pérennisation des activités de formation du projet Ecominga au sein de la Universidad Autónoma del Beni. En route vers la ville de Concepción, l’équipe s’est aussi arrêtée dans deux villages, San Pablo et Ascensión de Guarayos, pour rencontrer des participants à la formation de leaders communautaires en écodéveloppement et santé environnementale, coordonnée par les équipes Ecominga-Beni et Ecominga-Santa Cruz. Ainsi, à San Pablo, un groupe de femmes  a animé une visite des jardins communautaires qu’elles ont développés à l’issu de leur formation alors qu’à Ascensión de Guarayos, le président de la Fédération des paysans guarayos a présenté un projet de banque de semences. Dans cette dernière communauté, d’autres leaders ont aussi amené l’équipe uqamienne sur le site de leur sentier écologique en cours d’aménagement et présenté le projet Pueblo limpio, visant la saine gestion de l’eau et des déchets.   

Des rencontres ont aussi été organisées après l’atelier dans la ville de Santa Cruz. Une première a eu lieu au Centre de ressources pégagogiques La tapera, où Juan Pablo Sanzetenea et Angel Montalvo, responsables du volet «Technologies appropriées» du projet  Ecominga, ont présenté les démonstrateurs qu’ils ont conçu en lien avec leurs manuels de solutions techniques simples et peu coûteuses pour l’approvisionnement et le traitement de l’eau, la préparation des aliments et la gestion des déchets. Ces démonstrateurs pourront être répliqués dans les Centres de ressources des deux autres universités. L’équipe uqamienne a également rencontré, avec l’équipe académique Ecominga-Santa Cruz, le recteur et vice-recteur de la Universidad Autónoma Gabriel-René-Moreno pour discuter de la pérennisation du programme de formation des leaders mis sur pied dans le cadre du projet Ecominga et de la création d’un programme de formation de formateurs en écodéveloppement et santé environnementale.

Tout au long de l’atelier, les enjeux et défis de la gestion d’un projet international d’une telle envergure ont été discutés grâce à l’animation attentive de Frida Villarreal, coordonnatrice de la gestion du projet Ecominga au sein de l’équipe UQAM.

Soulignons enfin la participation à ce XIIe atelier de Maximilian Steinbrenner, secrétaire exécutif du réseau international UNAMAZ, qui regroupe 62 universités de 8 pays de l’Amazonie (Bolivie, Brésil, Pérou, Venezuela, Colombie, Équateur, Guyane et Surinam). Sa présence visait à renforcer le lien entre  l’UNAMAZ et les acteurs d’Ecominga, et à créer d’éventuelles collaborations avec des universités membres de ce réseau, notamment pour le développement de programmes de formation inspirés de ceux élaborés et vécus dans le cadre du projet Ecominga. Le prochain et dernier atelier international du projet Ecominga se déroulera à l’UQAM, en mai 2013.

Laurence Brière, agente de recherche - Ecominga amazónica
pour l’équipe de coordination du projet à l’UQAM : Lucie Sauvé, Isabel Orellana, Frida Villarreal
Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté

Pour plus de renseignements : www.ecominga.uqam.ca ou ecominga@uqam.ca

Date de publication : 19 décembre 2012

Retour vers le bulletin de cette nouvelle