Missions au Canada

2014

Robert Proulx, recteur de l'UQAM et Svava Bergmann, conseillère aux partenariats et au développement international, au Service des relations internationales de l'UQAM ont participé à cette vidéo du Bureau canadien de l'éducation internationale et également à des entrevues individuelles.

Délégation de l'UQAM au 48e congrès annuel du Bureau canadien de l’éducation internationale, à Ottawa, en novembre 2014

Une délégation de l’Université du Québec à Montréal a participé au congrès annuel 2014 du Bureau canadien de l’éducation internationale, à Ottawa, au Westin Ottawa, du 19 au 22 novembre 2014, sous le thème de la diplomatie du savoir et notre avenir commun. Plus de 800 participants du Canada et de 34 autres pays ont assisté à ce 48e congrès annuel.

Congrès annuel du Bureau canadien de l’Éducation internationale à Ottawa au Westin Ottawa, du 19 au 22 novembre 2014. De gauche à droite : la présidente et chef de la direction du BCEI, Karen McBride; le gouverneur général du Canada David Johnston, et la présidente sortante du conseil d’administration du BCEI, Ann Buller.
Photo : Sylvain St-Amand

Visibilité de l’UQAM

C’est à titre de membre du conseil d’administration du BCEI que Sylvain St-Amand a été invité à agir comme maître de cérémonie de trois séances plénières d’une demi-journée chacune, et lors du gala. Ceci a eu pour effet d’offrir une grande visibilité à l’UQAM. 

Entrevue avec Robert Proulx, recteur de l'UQAM, au sujet de la diplomatie du savoir, vidéo du BCEI.

Également, le recteur de l'UQAM, Robert Proulx, a présenté une allocution sur le thème de la diplomatie du savoir au service du bien commun, le 20 novembre, lors d'une séance plénière du congrès du BCEI.  Des contributions uqamiennes ont été soulignées notamment celle du professeur René Laprise sur l’évolution du climat, du professeur Bernard Duhaime concernant les droits de l’homme de l’ONU, les chaires UNESCO en philosophie, en communication, en éducation et en environnement. (Actualités UQAM) Le texte de l'allocution présentée par le recteur est accessible en ligne sur le site du rectorat.  L’allocution portait notamment sur la solidarité, la vocation première de l’université, sur le partage et la co-construction des connaissances et a obtenu une résonnance positive de l’assistance.  

Le ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Chris Alexander.
Photo : Sylvain St-Amand

La délégation de l’UQAM était également composée de deux conseillères aux partenariats et développement international, Svava Bergmann et Catherine Rodriguez, et d’une conseillère à la mobilité étudiante, Marie-Hélène L’Heureux, du Service des relations internationales de l’UQAM.

Entrevue avec Svava Bergmann, conseillère aux partenariats et au développement international au Service des relations internationales de l'UQAM, vidéo du BCEI.

Mentionnons que Svava Bergman a obtenu une bourse du Réseau international des leaders de demain pour participer au congrès national du BCEI. Chaque bourse, accordée aux leaders nouveaux et émergents dans le domaine de l’éducation internationale, couvre les frais d’inscription au congrès. 

Svava Bergmann, conseillère aux partenariats et développement international au SRI de l'UQAM, Sylvain St-Amand, directeur du SRI de l'UQAM et membre du conseil d’administration du BCEI, et George Khoury, directeur des Services aux membres et relations publiques au BCEI.
Photo : SISU production

Le congrès a été l’occasion de se ressourcer et de prendre connaissance des enjeux canadiens actuels de l’internationalisation de l’éducation.  Les représentantes du SRI ont participé notamment :

  • à une rencontre du Réseau international des leaders de demain (RILD);
  • à la séance plénière «La diplomatie du savoir et notre avenir commun» avec les allocutions de l’honorable David Johnston, Ann  Buller, Robert Proulx, Lavern Samuels et Fanta Aw.  Gilles Breton était l’animateur de la séance;
  • à des occasions de réseautage avec des représentants d’Amérique latine et des Caraïbes;
  • à la présentation de l’expérience du BCEI avec le programme Ciência sem Fronteiras. Réflexions sur l’avenir du programme;
  • à la séance sur les relations Canada-Brésil;
  • à la séance sur les apprentissages professionnels et le développement d’un cosmopolitisme à la mobilité internationale : présentation des résultats des recherches de deux doctorantes permettant d’analyser en profondeur les retombées de la mobilité internationale en contexte de stage à l’étranger et du sens donné à ces expériences interculturelles;
  • au Forum Canada-Alliance du pacifique sur l’éducation;
  • à la séance sur l’éducation et l’emploi : facteurs essentiels de réussite;
  • à la séance sur l’internationalisation et les modèles novateurs de collaboration;
  • à un atelier sur le Mexique : les possibilités de collaboration en éducation
  • à une rencontre sur le BCEI et l’Ukraine;
  • à la rencontre sur la diplomatie de la formation et la diversité : Collaborations - Possibilités de formation au Vietnam

Le Forum Canada-Alliance du Pacifique sur l'éducation, tenu le 19 novembre, a permis de réfléchir à des façons d’améliorer la collaboration et les partenariats en éducation internationale, entre le Canada et les pays de l’Alliance du Pacifique.
Photo : Sylvain St-Amand

En marge du congrès du BCEI

En marge du congrès du BCEI, Sylvain St-Amand a participé à une réunion du conseil d’administration du BCEI et a une réunion du BCEI-Québec, un groupement des cégeps et universités du Québec qui se rencontre une fois à la conférence annuelle du BCEI, en préparation de la conférence régionale.  La conférence régionale aura lieu à Montréal, en mai 2015, et sera coorganisée par l’UQAM, l’Université McGill et l’École polytechnique.

Sylvain St-Amand siègera de nouveau au conseil d’administration du BCEI au cours de la prochaine année, ayant été élu pour un mandat de trois ans en 2013.

Sylvain St-Amand, maître de cérémonie, présente le programme de la plénière au congrès du BCEI 2014 
Photo : SISU production

Impact pour l’UQAM

Comme le congrès du BCEI est aussi l’occasion de rencontrer des représentants de presque toutes les universités canadiennes, les collèges et cégeps, plusieurs événements sont organisés en marge du congrès pour se réseauter.

Aussi, les représentants du SRI de l’UQAM ont pu rencontrer une délégation de 22 participants d’Amérique latine, soit du Chili, du Costa Rica, du Mexique, du Pérou, invitée à une mission de collaboration du Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA) du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada (MAECD).  La délégation a pu participer à la conférence, rencontrer les universités canadiennes, bénéficier de formations et échanger.  À titre de représentant de l’UQAM, Sylvain St-Amand a offert une présentation sur le Québec en général, le système d'éducation québécois et les réseaux de l’UQAM en Amérique latine et, par la suite a accompagné un groupe pour souper, pour continuer la conversation.

Cet événement a permis de souligner la part très active de l’UQAM avec le réseau PFLA. Rappelons que plus de 147 étudiants sont venus étudier à l’UQAM dans le cadre du programme PFLA, et que l’UQAM continue d’être très active, ce qui en fait est une ambassadrice reconnue pour le Québec auprès des universités latino-américaines.

Lors de la conférence, les représentants du SRI de l’UQAM ont également rencontré le secrétaire général de l’enseignement supérieur de l’Algérie, le secrétaire général de l’enseignement supérieur des Philippines, le président de la FAUBAI qui est l’association des universités brésiliennes, l’ambassadeur canadien au Vietnam et les représentants de l'ambassade norvégienne à Ottawa.  Cette dernière souhaite accroître la mobilité étudiante des Norvégiens au Canada et celle des étudiants de l’UQAM en Norvège.

D’autres rencontres plus spécifiques ont eu lieu avec certains de nos partenaires universitaires privilégiés telles l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM), la Universidade Estadual Paulista Júlio de Mesquita Filho (UNESP) du Brésil, et l’Université de Boumerdès (UMBB) d’Algérie. 

Finalement, on a pu constater qu’il y a encore trop peu d'Européens présents à la conférence du BCEI.  Les représentants rencontrés étaient surtout d’Asie (Philippines, Chine, Vietnam); d’Amérique latine et d’Afrique ou du Moyen-Orient, par exemple d’Algérie ou du Qatar.

La conférence annuelle du BCEI représente un événement riche en formation, en occasions de réseautage et de mise à niveau sur l’état de la recherche sur l’internationalisation.  L’UQAM y a été grandement appréciée encore cette année.


2013

Mission au 47e congrès annuel du Bureau canadien de l’éducation internationale, à Vancouver

47e congrès annuel du Bureau canadien de l’éducation internationale 2013, Vancouver.

Sylvain St-Amand, directeur du Service des relations internationales de l’UQAM et Catherine Rodriguez, conseillère à la mobilité étudiante internationale ont participé activement au 47e congrès annuel du Bureau canadien de l’éducation internationale, qui a eu lieu à Vancouver, du 17 au 20 novembre 2013.

Le thème de cette année était «Une éducation pour un monde meilleur : notre responsabilité sociale collective». Le BCEI réfère au rapport du Pacte mondial des Nations Unies sur les principes de la gestion responsable de l’éducation, avec comme objectif de faire des progrès sur les sujets des droits de la personne, du travail, de l’environnement et de la lutte contre la corruption. Le thème de la conférence correspond à la volonté d’ouvrir le dialogue à ces sujets et au rôle d’éducateur international dans l’avancement des objectifs.

En effet, plusieurs communications de cette conférence ont été très inspirantes en rappelant les grandes valeurs de l’internationalisation, de l’éducation et de la mobilité internationale des étudiants dans la perspective de coopération internationale et de projet de l’humanité.

Mentionnons à ce titre, la communication de Bill Radford, vice-président de Community and Advancement, Vancouver Community College, intitulée «Villes hyperdiversifiées et internationalisation… internationalisation ségrégationniste?», qui a notamment sensibilisé à la situation de «cosmopolitisation» des grandes villes hybrides et des aspects interculturels à considérer dans le développement humain et citoyen.

 

Soulignons la présence autochtone lors de ce congrès : Les mots de bienvenue des premières nations à l’ouverture d’une séance plénière de Latashkinem Robert Williams, de Squamish Family and Youth Services. Également, les préoccupations du développement de l’internationalisation en français au Canada demeurent importantes pour les intervenants francophones.

Sylvain St-Amand, directeur du SRI et Sandra Schinnerl, Director, Office of International Students and Scholars, Kwantlen Polytechnic University, à la clôture du 47e congrès annuel du BCEI.

Cette année, Sylvain St-Amand a participé en tant que maître de cérémonie au congrès, ce qui a occasionné une plus grande visibilité de l’UQAM et a été porteur des préoccupations du fait français dans le développement de l’internationalisation de l’éducation au Canada.

Il a également animé la réunion régionale du Québec, lors de la session du 20 novembre. Plusieurs questions ont été abordées concernant notamment la mise à jour sur l’article 91 sur l’immigration, la disparition du mécanisme de coopération de la CRÉPUQ, le prochain colloque régional, un portail Québec pour professeurs de français, une structure et une plateforme de collaboration québécoise en éducation internationale.



Catherine Rodriguez, responsable de la mobilité des étudiants étrangers au SRI-UQAM a assisté pour une première fois au congrès du BCEI.

Elle a participé en tant que bénévole à l’organisation du congrès.

Également, elle a assisté à une rencontre avec une délégation d’Amérique latine, invitée par le BCEI pour développer de nouveaux partenariats et le Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA).






Simon Fraser University

Les deux représentants de l’UQAM ont rencontré des représentants du Département de français à Simon Fraser University, ce qui a permis de préciser les termes des échanges étudiants avec l’UQAM.

Le 47e congrès s’est tenu à Vancouver en 2013. Le 48e congrès se tiendra à Ottawa.

Photos : Catherine Rodriguez et Sylvain St-Amand

Pour plus d'information, vous pouvez consulter le site du BCEI


2011

Mission NAFSA 2011 à Vancouver

Trois membres de l’équipe du Service des relations internationales de l’UQAM ont assisté à la Conférence annuelle de NAFSA, Association of International Educators à Vancouver, du 29 mai au 3 juin 2011 : Marie-Hélène L’Heureux, responsable de la mobilité étudiante, Pierrick Malissard responsable des relations dans la région géographique de l’Europe et Maximiliano Sainz, responsable des relations dans la région géographique des Amériques.

La 63e édition de la conférence NAFSA a rassemblé environ 9 000 participants de partout à travers le monde. Comme toujours les universités locales (nord-ouest du continent) étaient surreprésentées, mais l’Asie (Chine, Japon, Corée…) et l’Europe de l’Ouest  étaient très présentes.

Cette mission internationale comportait plusieurs objectifs, dont ceux de prendre contact et d’assurer un suivi sur les dossiers en suspens avec les partenaires de l’UQAM présents à la conférence.  De plus, la conférence a été l’occasion d’assister aux séminaires et ateliers qui présentent un intérêt pour la mobilité étudiante, pour la région de l’Europe et celle des Amériques.  Les membres de l’équipe du SRI ont pu également répondre aux demandes d’informations de nos partenaires, et représenter l’UQAM lors des différents événements de réseautage.

Pour plus d'information sur les conférences NAFSA

Mission à Ottawa en 2010

Le directeur du SRI a participé, en novembre, aux réunions sectorielles de la Commission canadienne de l’UNESCO, en particulier celle de l’éducation. La réunion a permis un réseautage actif auprès des universités canadiennes et des organisations de la société civile qui partagent les valeurs véhiculées par l’UNESCO. L’UQAM soutient cinq des quatorze chaires UNESCO du Canada.

Mission à Calgary en 2010

Le SRI a participé à la conférence des Amériques organisée par le Bureau Canadien pour les Études Internationales. La conférence cette année était organisée conjointement avec la CONAHEC, une organisation universitaire regroupant des universités mexicaines, américaines, et canadiennes, et la OUI, l’Organisation universitaire interaméricaine. La conférence a permis un réseautage productif auprès des universités canadiennes, brésiliennes et latino-américaines qui étaient présentes à Calgary. Les rencontres ont permis de renforcer nos liens auprès des partenaires établis et de développer de nouveaux contacts. Les réunions ont donné des résultats concrets : l’UQAM signera des ententes de coopération avec des universités de premier niveau du Brésil, soit l’Université Campinas et l’Université fédérale de Paraná; elle a aussi permis à l’UQAM de devenir un membre du comité de travail pancanadien de l’AUCC sur l’avenir des relations canado-brésiliennes.

Mission à Québec en 2010

La Commission canadienne pour l’Unesco tenait les 6 et 7 mai à Québec sa cinquantième assemblée générale.  Trois titulaires de chaire UNESCO à l’UQAM,  le représentant du secrétariat ORBICOM, de même que le directeur des relations internationales de l’UQAM étaient présents. 

La première activité de la conférence, le 6 mai, consistait en une rencontre des titulaires de chaire UNESCO avec la Commission canadienne pour l’UNESCO, des représentants de l’UNESCO Paris, du Gouvernement fédéral du Canada, et du Gouvernement provincial.

L’UQAM a le privilège de détenir cinq  des onze chaires UNESCO au Canada:

  1. Chaire UNESCO de développement curriculaire avec le professeur Philippe Jonnaert
  2. Chaire UNESCO d'étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique de la professeure Josiane Boulad-Ayoub
  3. Chaire UNESCO-Bell en communications et développement international à l'UQAM, dont la titulaire est  Magda Fusaro
  4. Chaire UNESCO en changements à l'échelle du globe dont le titulaire n’est pas encore nommé;
  5. Et ORBICOM le Réseau international des chaires UNESCO en communication, dont le secrétaire général est Claude-Yves Charron.

Lors de cette rencontre, la Commission canadienne a voulu faire le point sur le statut de ses chaires, leurs objectifs, leurs activités en relation avec les objectifs de l’UNESCO.  Des discussions animées et productives entre les titulaires des chaires, les représentants gouvernementaux et de l’UNESCO ont permis d’identifier des pistes intéressantes pour des développements futurs.  Par exemple, l’idée de former un réseau constitué des universités canadiennes où loge une chaire UNESCO a été discutée afin de mieux représenter les chaires auprès des organismes fédéraux et l’Association des universités et collèges du Canada (AUCC).

Les préoccupations des titulaires de chaire concernent surtout l’absence de visibilité pour leurs activités des chaires, tant au gouvernement fédéral, aux conseils nationaux de recherche, aux gouvernements provinciaux et même à l’intérieur de leurs universités.  Le réseau pancanadien qui sera formé visera à mieux mettre en relief le rôle joué par ces chaires.  Finalement, l’absence de financement reste un problème qui continuera de faire l’objet de discussions entre les titulaires des chaires et les bailleurs de fonds potentiels. 

Les activités de l’Assemblée générale se sont ensuite poursuivies avec le lancement du Rapport de l’UNESCO sur la diversité culturelle, suivi d’une réception au parlement, présidé par le premier ministre Jean Charest.  Une discussion des plus intéressantes s’est tenue lors du lancement.  L’UNESCO avait demandé à un représentant de Paris de présenter le Rapport et à deux universitaires d’en faire ensuite la critique.  Ceux-ci ont noté que le Rapport se penchait de façon exhaustive et sérieuse sur la question de la diversité culturelle, et ce, dans toutes les régions du monde.  Cependant, ils ont été déçus par les recommandations trop générales ayant sans doute été dictées par une série de compromis à l’égard des gouvernements de certains pays et leurs politiques. Des discussions ont suivi concernant les objectifs de l’UNESCO en éducation,  en intégration des communautés ethniques et ont donné lieu à des échanges intéressants et enrichissants.

Les deux autres journées de l’assemblée générale s’adressaient à tous les membres de l’assemblée générale de l’UNESCO et les activités incluaient des discussions de groupe et des présentations des conférenciers de renommée internationale dont par exemple Hubert Reeves.