Missions et délégations en France

2015

Délégation européenne à l'UQAM - Rencontre sur le financement international de la recherche 

Une délégation de partenaires européens est venue participer activement à une journée sur le financement de la recherche grâce notamment à la contribution du Consulat de France et de la Délégation Wallonie-Bruxelles, le 30 septembre 2015. Cet événement s'est déroulé dans le cadre des Journées internationales de l'UQAM organisées par le Service des relations internationales.

De gauche à droite : M. Ducruix, vice-président des Relations internationales de l’Université Paris Descartes a parlé des stratégies institutionnelles en matière de financement et de recherche internationale et M. Kasajima Motonobu de la Délégation Wallonie-Bruxelles a parlé des grands dispositifs de financement de la recherche internationale par la communauté européenne.

De gauche à droite : Mme Magali Bricaud du Consulat de France, impliquée dans l’organisation et l’animation de la rencontre sur la coopération franco-québécoise en matière de formation et de recherche en après-midi et Lise Renaud, vice-doyenne à la recherche à la Faculté de communication, également professeure au Département de communication sociale et publique.

 

Sur l’heure du midi, Campus France, le Consulat de France et des partenaires universitaires français ont présenté une vitrine pour les études en France à l’Agora de l’UQAM, également dans le cadre des Journées internationales de l’UQAM.

Coopération franco-québécoise en matière de formation et de recherche

Participantes et participants à la rencontre sur la Coopération franco-québécoise en matière de formation et de recherche, en après-midi, le 30 septembre 2015 : des représentants des services de l’UQAM, du Consulat de France, de Campus France, de partenaires universitaires français.

En après-midi, des représentants d’universités québécoises sont venus se joindre au groupe pour réfléchir et échanger sur la coopération franco-québécoise en matière de formation et de recherche, notamment par l’entremise du Consulat de France et du Conseil franco-québécois de coopération universitaire (CFQCU) et son Programme de développement de partenariats stratégiques en matière d’enseignement et de recherche

M. Jean Peeters, président de l’Université de Bretagne Sud et Co-président du CFQCU a donné une conférence sur le CFQCU et ses programmes et Mme Sandra Vessier, directrice des relations internationales.

Finalement, les synthèses et les échanges ont été élaborés concernant les freins et nouveaux axes de développement pour la coopération et la double diplomation comme relais de croissance de la coopération.  En terminant, le directeur du Service des relations internationales a invité les partenaires à participer activement à la  Conférence AIEA - Association of International Education Administrators en février 2016.

Dans le contexte des restrictions budgétaires, les réflexions ont porté sur les stratégies les plus favorables pour consolider la recherche internationale.

Pour plus d'information sur la rencontre


Délégation de Basse-Normandie, France à l’UQAM, juin 2015

L’Université du Québec à Montréal a reçu la visite d’une délégation de l’Université de Caen, le jeudi 4 juin 2015, pour éventuellement développer des partenariats. La délégation a pu rencontrer le recteur Robert Proulx et des représentants du Service des relations internationales de l'UQAM.

Cette délégation était composée de :

  • Pierre Sineux, historien, président de l'Université
  • Daniel Delahaye, géographe, vice-Président de la Commission de la Recherche
  • Barbara Guille, chargée des Projets internationaux

L’Université de Caen (nom complet : Université de Caen Basse-Normandie - Unicaen) est basée dans le chef-lieu du Calvados.  Fondée au XVe siècle par les Anglais, elle accueille aujourd’hui environ 25 000 étudiants. Les premiers contacts entre Unicaen et l’UQAM remontent aux alentours de 2007, notamment pour encadrer la collaboration entre des professeurs de notre Institut des sciences de l’environnement et des chercheurs de cette institution. Plus récemment, on note le projet entre l’équipe de recherche en éducation scientifique et technologique (EREST- UQAM) et le Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Éducation de l’enfant, une équipe conjointe des Universités de Caen Basse-Normandie et Paris Descartes.

Compte tenu du profil de l’UQAM et d’Unicaen, on peut raisonnablement envisager des collaborations en sciences humaines, en sciences et en éducation, notamment, si des chercheurs des deux établissements se montrent intéressés à développer ce partenariat.


Délégation de Paris, France à l’UQAM, mai 2015

Mesdames Nadia Wajnapel, directrice du Bureau international de l’Université Paris-Dauphine et Coralie De Stefano, directrice adjointe sont venues rencontrer des représentants de l’École des sciences de la gestion et du Service des relations internationales de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), ce 21 mai 2015, pour préciser les termes de renouvellement d’ententes et développer de nouvelles possibilités d’échanges étudiants.

La délégation a pu rencontrer les membres du SRI suivants : Catherine Rodriguez, conseillère aux partenariats et au développement international et répondante de la Faculté de science politique et de droit au SRI; Marie-Hélène L’Heureux, conseillère à la mobilité internationale étudiante – étudiants entrants du SRI; Sylvain St-Amand, directeur du Service des relations internationales et Pierrick Malissard, conseiller aux partenariats et au développement international et répondant de l’École des sciences de la gestion au SRI.

Double diplôme ESG UQAM et Université Paris-Dauphine

L’UQAM a renouvelé et formalisé plusieurs ententes avec l’Université Paris-Dauphine concernant les sciences de la gestion et le domaine de l’actuariat. Dans le cadre d’un accord entre l'ESG UQAM et l'Université de Paris-Dauphine, il est offert aux étudiants du programme de MBA pour cadres à l’UQAM d’effectuer un séjour d’études à Paris et d’obtenir la double diplomation.

Le programme vise la parité entre les étudiants provenant du Québec et ceux provenant de l’Université Paris-Dauphine. Concrètement, une quarantaine de places sont disponibles annuellement et octroyées aux étudiants québécois sur la base de la moyenne cumulative attestée par le registraire de l'UQAM.

De gauche à droite : Catherine Rodriguez, conseillère aux partenariats et au développement international et répondante de la Faculté de Science politique et de droit au SRI, Marie-Hélène L’Heureux, conseillère à la mobilité internationale étudiante – étudiants entrants du SRI, Nadia Wajnapel, directrice du Bureau international de l’Université Paris-Dauphine; Benoit Chalifoux, coordonnateur à la mobilité étudiante – entrants de l’ESG; et Coralie De Stefano, directrice adjointe du Bureau international de l’Université Paris-Dauphine.

La rencontre avec les membres du Service des relations internationales a permis d’évoquer de multiples avenues de collaboration dans plusieurs domaines d’études et de recherche.

Pour plus d’information sur le double diplôme ESG UQAM et Université Paris-Dauphine


Délégation de Lille, en France à l’UQAM, mai 2015

Mme Julie Navalkar, responsable des relations internationales de l’Institut des stratégies et techniques de communication (ISTC), à Lille en France est venue rencontrer des représentants de l’Université du Québec à Montréal, ce 21 mai 2015, afin de discuter du renouvellement d’une entente d’échanges étudiants en communication (relations publiques), en plus d’explorer de nouvelles possibilités de mobilité étudiante dans le domaine des communications.

Elle a pu rencontrer les membres du Service des relations internationales de l’UQAM : Catherine Rodriguez, conseillère aux partenariats et au développement international et répondante de la Faculté de communication au SRI; Marie-Hélène l’Heureux, conseillère à la mobilité internationale étudiante – étudiants entrants; et Francis Brown, conseiller à la mobilité internationale étudiante – étudiants sortants.

Mme Julie Navalkar, Responsable des Relations internationales de l’Institut des stratégies et techniques de communication (ISTC) entourée des membres du SRI de l’UQAM, Marie-Hélène L’Heureux, Catherine Rodriguez et Francis Brown.

Depuis 15 ans, l’UQAM a formalisé une entente d’échanges étudiants avec l’Institut, concernant particulièrement le Baccalauréat en communication (relations publiques), du Département de communication sociale et publique.  Près d’une vingtaine d’étudiants de l’UQAM et de l’Institut ont pu réaliser leur projet de mobilité internationale dans le cadre de cette entente.  En plus de l’évaluation de l’entente en cours en vue de son renouvellement, la rencontre aura jeté les bases des consultations bilatérales en vue d’une collaboration approfondie entre l’UQAM et l’ISTC au bénéfice des étudiants et professeurs.


Une délégation de la Nouvelle-Calédonie à l’UQAM, mai 2015

Le 1er mai 2015, Mme Fanny Pascual, Chargée de mission pour les relations internationales à l’Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) est venue rencontrer le Service des relations internationales de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), afin de discuter de la possibilité de développer des partenariats en recherche et pour les échanges étudiants. Parmi les domaines de recherche d’intérêt commun, notons l’environnement marin, la biodiversité, les questions autochtones ainsi que l’indépendance et l’autodétermination des peuples.

Mme Fanny Pascual entourée de Francis Brown, conseiller à la mobilité étudiante au SRI, et Svava Bergmann, conseillère aux partenariats et au développement international au SRI.

Photo : SRI

L’UNC est située en Nouvelle-Calédonie, un archipel d’Océanie dans le sud-ouest du Pacifique ayant un statut de collectivité française d’outre-mer. L’UNC enseigne en français et comprend les domaines et secteurs de formations suivants : Droit, Économie et Gestion; Lettres, Langues et Sciences humaines; Sciences et Techniques; École Supérieure du Professorat et de l'Éducation. L’UNC compte également une école doctorale commune avec l’Université de la Polynésie Française (UPF). L’UNC comprend 3,000 étudiants et est localisée non loin du centre-ville de Nouméa. Elle dispose d’un campus moderne avec un renforcement des services proposés aux étudiants (résidence, restaurant, cafétéria, maison de l’étudiant…).

Une université française et européenne dans le Pacifique Sud.

Site UNC : Carte Nouvelle-Calédonie

Pour plus d’information sur UNChttp://www.univ-nc.nc/


2014

Délégation de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse  (UAPV), en novembre 2014

Une délégation de représentants de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse  (UAPV) est venue visiter les Facultés des sciences, des arts et des sciences humaines ainsi que la direction de l’Université du Québec à Montréal le 4 novembre 2014.

Cette délégation comprenait :

  • Philippe Obert, professeur des Universités, vice-président Recherche de l'UAPV, enseignant-chercheur du laboratoire LaPEC (laboratoire de Pharm-Ecologie Cardiovasculaire),
  • Nathalie Hascoet, maitre de Conférences,  vice-présidente Relations internationales de l'UAPV, enseignant-chercheur en linguistique (anglais et français) du laboratoire ICTT (Identité culturelle, Textes et Théâtralité)
  • Pascal Laurant, professeur des Universités, doyen de la Faculté des Sciences de l'UAPV, enseignant-chercheur du laboratoire LaPEC
  • Elodie Popenda, ingénieure Europe et Recherche internationale. Point de contact local Euraxess, Maison de la recherche

Cette université compte une quinzaine de laboratoires de recherche et quatre grandes composantes : en sciences humaines et sociales; en arts, lettres et langues; en sciences, technologies et santé; et en droit, économie et gestion.  Les liens entre les deux universités remontent aux années 1990.  Des accords ont déjà été formalisés à l’origine en informatique. D’autres échanges d’étudiants ont eu lieu également en muséologie, en communication, en science politique et en animation et recherche culturelles par l’entremise du programme d’échange CREPUQ.

La visite a permis aux deux universités d’avoir, réciproquement, une meilleure vision  des intérêts de recherche de chacun et de constater des points de convergence, entre autres en science en médecine préventive, mais aussi en sciences humaines.  En arts, la rencontre en présence des deux vice-doyens études et recherche de notre faculté pourrait peut-être permettre, à terme, d’organiser des visites de professeurs des deux établissements.  La délégation a pu également rencontrer le vice-recteur à la vie académique René Côté et des responsables du Service des relations internationales.


Quelques activités internationales de l’UQAM avec la France et visite de deux délégations de la France à l'UQAM, en avril 2014

Les activités de coopération de l’UQAM en Europe sont les plus anciennes et leur développement se poursuit avec intensité.  Parmi elles, les partenariats avec la France sont les plus nombreux et les plus productifs.  L’UQAM a une longue tradition de partenariat avec les universités françaises, en terme de collaborations scientifiques – informelles ou faisant l’objet d’une subvention de recherche – ou d’échanges d’étudiants – tous cycles confondus.

On constate cependant que le contexte de l’enseignement supérieur et de la recherche universitaire en France évolue différemment  depuis plusieurs années.  On voit maintenant des changements importants, dont par exemple, des fusions de groupements universitaires qui vont changer notre façon de travailler avec eux.  L’UQAM est sensible à ces changements et prévoit s’adapter à ces transformations à venir.  La visite de deux universités françaises, au cours des dernières semaines, soit, Paris Sud et Blaise-Pascal illustre bien les changements qui sont en cours en France. 


Étudiants français à l’UQAM

Plus de 400 étudiants étrangers de l'UQAM se sont rassemblés, le 17 septembre 2013, à l'occasion d'une fête d'accueil, et plusieurs étudiants français étaient présents.

Photo : Nathalie St-Pierre

Depuis 2001 jusqu’à la fin de 2013, 11 296 étudiants étrangers en provenance de France se sont inscrits à 33 866 trimestres d’études, représentant 81% des séjours d’étudiants en provenance de l’Europe et 34% de l’ensemble des inscriptions des étudiants étrangers, que ce soit dans le cadre d’un programme sur le campus de l’UQAM ou d’un programme de l’UQAM offert à l’étranger. On constate que plusieurs étudiants français ont réalisé leur programme d’études de premier, deuxième ou troisième cycle au complet à l’UQAM.

Le nombre de trimestres d’études d’étudiants français inscrits à l’UQAM s’est accru régulièrement d’année en année.  En 2012-2013, 2 634 étudiants étrangers en provenance de la France se sont inscrits à 2 692 séjours de 1er cycle, 1 407 de 2e cycle et 675 séjours de 3e cycle, pour un total de 4 774 séjours d’études dans un programme de l’UQAM, sur le campus ou à l’étranger (Source : Service de planification académique et de recherche institutionnelle).

Sur ce, depuis 2005 jusqu’à l’hiver 2014, 1 828 étudiants français, ont effectué 3 009 séjours pour un projet de mobilité ou d’échanges étudiants à l’UQAM.  Ces séjours représentent 79% de l’ensemble des séjours des étudiants étrangers en échange.  Ainsi, en 2012-2013, on compte 407 séjours de 1er cycle, 139 séjours de 2e cycle et 3 séjours de 3e cycle pour un total de 549 séjours. (Source : Service des relations internationales).

Depuis 1996, la Convention-cadre sur les cotutelles de thèse France Québec favorise la mobilité des doctorants entre les établissements d’enseignement supérieur français et québécois. À ce jour, un total de 330 cotutelles de thèse ont été signées avec des partenaires français.  Une centaine de cotutelles sont présentement actives à l’UQAM. L’UQAM est l’université d’attache de 36 doctorants, plusieurs universités françaises sont les établissements d’attache de 65 autres doctorants.

Étudiants de l’UQAM en France

L’Europe demeure une des plus importantes destinations pour les étudiants de l’UQAM en mobilité et 34% des séjours d’études sont effectués en France. On compte 1 298 étudiants de l’UQAM qui ont réalisé1 531 trimestres en France depuis 2005 jusqu’à l’hiver 2014 et en 2012-2013, un total 171 trimestres, soit 156 séjours au 1er cycle, 7 au 2e cycle et 8 de 3e cycle.

Ententes internationales de l'UQAM

L’UQAM a mis en place un réseau de 373 partenariats internationaux dans le monde qui facilite les échanges et les activités communes à l'étranger pour ses étudiants et membres du corps professoral. En avril 2014, l'UQAM a précisément 186 ententes signées avec 99 établissements d’enseignement supérieur français. Ceci représente 54% des ententes internationales de l’UQAM en Europe et 30% de l’ensemble des 615 ententes internationales de l’UQAM, dans 62 pays. Notamment, on répertorie 228 partenaires bilatéraux et partenaires CRÉPUQ en France pour la mobilité des étudiants de l’UQAM en France.

L’UQAM offre des cours hors Québec.  Des écoles d’été complètent celles organisées par les facultés et les départements qui proposent, selon les années, pour l’Europe une liste de cours hors Québec et notamment en France, en arts et en géographie par exemple.

Les liens entre les professeurs de l’UQAM et les établissements français sont fréquemment anciens, très serrés. L’UQAM participe activement aux Entretiens Jacques-Cartier par exemple. Plus de 70 professeurs de l’UQAM constituent un bassin de ressources professorales pour développer des activités avec des établissements français.


Dernièrement, l’UQAM a reçu la visite des deux délégations de France qui permettent d’envisager de développer davantage les activités internationales en sciences.

 

Délégation de l’Université Paris Sud

 



Université pluridisciplinaire à dominante scientifique et de santé. (Université Paris Sud)

L'Université Paris-Sud (ex-université Paris XI), créée en 1971 est en voie d’être l’une des meilleures universités de recherche en France : présidée par Jacques Bittoun, elle accueille 27 000 étudiants et ses campus sont répartis sur la couronne sud de Paris (Essonne, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne).

Elle comporte 127 laboratoires de recherche, cinq UFR, trois IUT, et une EPU (école d’ingénieurs) et constitue l’un des principaux membres du pôle de recherche et d'enseignement supérieur UniverSud Paris (environ 50 000 étudiants, 155 laboratoires de recherche dont 130 associés à des organismes de recherche, notamment les CNRS et INSERM, HEC Paris, l'École polytechnique, AgroParisTech, l'ENSTA).

L'université Paris-Sud, c’est plusieurs prix Nobel et médaillés Fields, c’est un nouveau campus sur le plateau de Saclay et le plus grand campus scientifique de France.

Au-delà des superlatifs, c’est aussi quinze écoles doctorales ( et six autres écoles doctorales en associations avec d’autres établissements) qui couvrent les domaines suivants :

  • Mathématiques de la région Paris-Sud
  • Dynamique et Physico-Chimie de la Terre et des Planètes
  • Sciences du Végétal : du gène à l'écosystème
  • Ondes et Matière
  • Cancérologie : Biologie - Médecine - Santé
  • Signalisations et Réseaux intégratifs en Biologie
  • Santé publique Paris Sud, Paris-Descartes
  • Rayonnements et Environnement
  • Sciences et Technologies de l'Information des Télécommunications et des Systèmes
  • Innovation thérapeutique : du fondamental à l'appliqué
  • Gènes, Génomes, Cellules
  • Informatique
  • Chimie de Paris-Sud
  • Sciences du sport, de la motricité et du mouvement humain
  • Sciences juridiques économiques et de gestion
  • Particules, Noyaux et Cosmos

IUT d’Orsay (Université Paris Sud)

De toute évidence, Paris Sud pourrait être un excellent partenaire pour plusieurs facultés de l’UQAM.  En septembre 2009, l’UQAM a signé avec Paris XI un accord-cadre et d’échanges d’étudiants couvrant tous les domaines communs aux deux universités. Ces accords arrivent à échéance en septembre 2014.

Le 15 avril, l’UQAM a donc reçu la visite d’une délégation D’Orsay concernant plus spécifiquement le domaine des sciences. La délégation était composée de Mme Cécile Balkanski, correspondante des relations internationales du Département d'informatique, et de M. Pascal Aubert, qui dirige le Département mesures physiques. 

La rencontre a permis de renforcer les liens, de parler de coopération en informatique et en chimie, mais aussi d’autres disciplines en sciences et d’examiner les suites de l’accord à renouveler, et d’autres formes de coopération : programmes conjoints et davantage de cotutelles. Également, l’UQAM souhaite accroître ses activités de mobilité étudiante avec l’Université Paris Sud.


 

Délégation de l’Université Blaise-Pascal

 

 

 

 

Campus des Cezeaux. Crédit : © Jérôme Pallé - Université Blaise Pascal


Créé par la scission de l’Université de Clermont-Ferrand en deux entités en 1976, Clermont II regroupait les lettres, les sciences humaines ainsi que les sciences exactes, les sciences naturelles et la technologie, l’Université Clermont I conservant quant à elle le droit, l’économie, la médecine et un IUT. Toutefois, les deux universités clermontoises ont annoncé leur volonté de fusionner en 2017, Clermont-Ferrand aura de nouveau une seule université.

Chalet de l'OPGC sur le Puy-de-dome, Sommet du Puy de Dôme, 63870 Orcines, France. Crédit : © Jérôme Pallé - Université Blaise Pascal

L'Université compte 15 000 étudiants, cinq unités de formation et de recherche (UFR) :

    • Lettres, Langues et Sciences humaines,
    • Sciences et technologies,
    • Psychologie, Sciences sociales et Sciences de l’éducation,
    • Langues appliquées, Commerce et Communication,
    • Sciences et techniques des activités physiques et sportives ;

3 Instituts et écoles d’ingénieurs :

    • Polytech Clermont-Ferrand (anciennement CUST),
    • ISIMA (Institut supérieur d'informatique, de modélisation et de leurs applications),
    • École supérieure du professorat et de l'éducation d’Auvergne ;

Un IUT (Institut Universitaire de Technologie de Montluçon) ;
et L’Observatoire de physique du globe de Clermont-Ferrand : un chef de file en géologie et vulcanologie.

L’UQAM a signé depuis longtemps un accord-cadre avec L’Université Blaise-Pascal.  Les liens sont à développer et les termes de la continuité de l’entente sont à préciser.

Josée S. Lafond, doyenne de la Faculté des sciences humaines et Mario Morin, doyen de la Faculté des sciences étaient présents à la rencontre.

La rencontre a permis de renforcer les liens, de parler de coopération en sciences humaines et en sciences. Également, l’UQAM souhaite accroître ses activités de mobilité étudiante avec cette université et élargir les domaines d’activités.

Fête de la science octobre 2010, campus universitaire des Cezeaux (UBP).Crédit : © Jérôme Pallé - Université Blaise Pascal

Conclusion

Plus de quarante années de liens entre l’UQAM et les établissements français montrent que les collaborations ont atteint leur niveau de maturité. Des bases solides existent pour des projets structurants plus élaborés comme des programmes de co-diplômes et pour des activités plus soutenues en matière d’échanges, notamment de professeurs.