Afrique

2016

Projet de recherche et coopération internationale Canada-Afrique dans le domaine de l’adaptation aux changements climatiques

Sébastian Weissenberger, professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM nous informe du projet de recherche et coopération sur l’adaptation des zones côtières du littoral canadien et africain et aux impacts des changements climatiques et à l’érosion.

Le projet intitulé « Adaptation des zones côtières aux changements et à la variabilité climatiques au Sénégal et au Bénin : Un échange des expériences canadiennes et africaines » a été financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) dans le cadre du programme des partenariats canadiens.

Le projet a été mené par des chercheurs de l’ISE-UQAM et de l’Université de Moncton en collaboration avec deux partenaires africains : l’ONG Actions pour l’Environnement et le Développement Durable (ACED) au Bénin et la Direction de l’Environnement et des Établissements Classés (DEEC), organe du ministère de l’Environnement et du Développement Durable au Sénégal.

Des études de terrain ont été menées sur la côte sud-ouest du Bénin et dans le Delta du Saloum au Sénégal entre 2013 et 2015 par des chercheurs béninois, sénégalais et canadiens. Les études visaient des communautés rurales, parfois accessibles seulement par pirogue, dominées par la pêche. Il ressort des résultats des entrevues et focus groups que les impacts des changements climatiques se font très fortement sentir dans tous les endroits. L’érosion plus présente, les événements météorologiques plus fréquents, l’intrusion d’eau salée menacent les activités agricoles et piscicoles, l’approvisionnement en eau douce, et plusieurs villages ont déjà dû être abandonnés.

L’étude a été publiée sur le Web.  Elle est intitulée « Adaptation des zones côtières aux changements et à la variabilité climatiques au Sénégal et au Bénin : Un échange des expériences canadiennes et africaines » et les auteurs sont Sebastian Weissenberger (ISE-UQAM), Omer Chouinard (Université de Moncton), Élyse Lacoste-Bédard (ISE-UQAM), Abdourahmane Kane (DEEC), et Fréjus Thoto (ACED).

Atelier régional au Bénin

Dans le cadre du projet, un atelier régional a été tenu au Bénin le 10 mars 2015 au Chant d’oiseau de Cotonou sur le thème « Adaptation aux changements climatiques en zones côtières : Leçons régionales pour des actions locales ».

Participants l’Atelier régional sur l’adaptation aux changements climatiques en zones côtières. Photo :  ACED-Bénin, 2015.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été présidée par le représentant du Ministre de l’Environnement, Chargé de la Gestion des Changements Climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières, monsieur Julien Adounkpe, et quatre communications ont été données.

Érosion côtière au Bénin -  Communication du Docteur Ibouraïma Yabi, Enseignant - Chercheur au Département de Géographie de l’Université d’Abomey-Calavi. 

Inondations et effets socioéconomiques secteur Ouidah et Grand-Popo, Bénin  -  Communication de Audrey Agonvi, étudiante au Département de Géographie de l’Université d’Abomey-Calavi dont les travaux de recherche ont été financés par ACED.

L’étudiante Audry Agonvi, étudiante au Département de Géographie de l’Université d’Abomey-Calavi a conclu que le milieu du secteur Ouidah et Grand-Popo au Bénin est sujet  à des mutations climatiques : instabilité pluviométrique, hausse des températures surtout;  la variabilité pluviométrique associée aux facteurs géomorphologique, hydrographique, expose le milieu aux risques d’inondations aux conséquences socio-environnementales dans un contexte où la capacité d’adaptation des communautés est faible; l’élévation du niveau de la mer consécutive au réchauffement thermique associée au transit du littoral induit une forte érosion côtière. Comme perspectives par exemple, elle propose notamment de prévoir pour les populations qui vivent dans la plaine des lieux de refuge en cas d’inondation ou changer leur habitation en habitat de pilotis.

Le représentant du ministère sénégalais de l’environnement, Abdourahmane Kane  a traité de la vulnérabilité des communautés insulaires du Delta de Saloum au Sénégal et a présenté plusieurs expériences du Sénégal en matière d’adaptation.

Protections – ouvrages de remblais, digues et mur de soutènement au Sénégal – Communication de Abdourahmane Kane, représentant du Ministère sénégalais de l’Environnement.

Le professeur de l’UQAM Sébastian Weissenberger a pour sa part présenté les constats et mesures d’adaptation communes d’après un échange des expériences canadiennes et africaines, notamment de la situation au Nouveau-Brunswick et du Delta du Saloum au Sénégal. Il a mentionné que les pays développés ne sont souvent pas mieux préparés à affronter les risques côtiers.  Il constate les thèmes récurrents tels que le développement dans des zones à risque; l’augmentation de la valeur et de l’attrait du domaine littoral; le manque de soutien des autorités; l’absence d’une vision à long terme; le déficit d’information scientifique; l’adaptation réactive avec des moyens improvisés; l’adaptation axée fortement sur la protection, souvent irréaliste et la vulnérabilité des femmes. De manière générale, la forte mobilisation de la population au sein d’associations est perçue comme un élément important de sa capacité d’adaptation.

Extrait de la présentation du professeur associé Sébastian Weissenberger, de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

Pour consulter le site Web de l’atelier au Bénin  

Site Web : Adaptation aux changements climatiques aux communautés du Nouveau-Brunswick

Le site Web sur l’adaptation aux changements climatiques aux communautés du Nouveau-Brunswick de l’Université de Moncton présente les résultats de plusieurs études de cas, dont l’étude Canada-Afrique.  On retrouve une section de présentation de l’étude et de l’atelier; une section sur l’augmentation du niveau de la mer et les zones côtières – une vulnérabilité partagée; une section sur le Delta du Saloum au Sénégal; une section sur l’étude au Bénin.

Pour consulter le site


Projet de recherche et de coopération internationale à Cotonou, au Bénin : Un nouveau test de diagnostic précoce de la pré-éclampsie pour sauver la vie des femmes qui meurent en donnant la vie

Benoît Barbeau, directeur du Centre de recherche BioMed et professeur au Département des sciences biologiques, de la Faculté des sciences de l'UQAM nous informe du projet de recherche et de coopération internationale à Cotonou, au Bénin, qu'il dirige, intitulé « Un nouveau test de diagnostic précoce de la pré-éclampsie pour sauver la vie des femmes qui meurent en donnant la vie ».

Le projet réalisé en partenariat avec l'Hôpital de la Mère et de l'Enfant (HOMEL) à Cotonou a été financé par le Centre de recherches pour le développement international, pour une durée de deux ans (mai 2015 à avril 2017). Le projet a pour objectif de proposer une première trousse de diagnostic précoce de la pré-éclampsie qui permettra de réduire de façon radicale le nombre de décès liés à cette pathologie gestationnelle. Ce projet innovant est réalisé également en collaboration avec l'Hôpital Sainte-Justine de Montréal.

Photo tirée du reportage sur le lancement du projet, Groupe de presse Canal 3

C'est dans l'un des amphithéâtres de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) de l'Université d'Abomey Calavi (UAC) que le 15 juillet 2015 a été lancé le projet à Cotonou, lors d’une conférence de présentation du projet animée par le docteur Gatien Lokossou, coordonnateur du projet.

La pré-éclampsie est la plus importante pathologie de la grossesse. Elle touche 5 à 7% des grossesses (10 millions de femmes enceintes/an mondialement) et représente une menace materno-fœtale très sérieuse. Chaque année, mondialement, la  pré-éclampsie est responsable de plus de 100 000 décès maternels et 500 000 décès de nouveau-nés. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ces décès surviennent dans les pays à faibles revenus. Plusieurs études scientifiques ont démontré que la pré-éclampsie serait la conséquence d’un défaut lors de la formation du placenta (Redline RW et al., (1995) Human Pathology 26 :594-600; Genbacev et al., (1996) The Journal of Clinical Investigation 15 : 540-550).

Parmi les facteurs qui sont la cause de cette pathologie, Dr Perrin attribue la nulliparité, les facteurs liés à l'environnement, la vie en altitude, les contraintes physiques et psychologiques, la surcharge pondérale, une particularité de la race noire et des affections comme l'hypertension artérielle qui multiplient le risque par six ou le diabète qui multiplie le risque par trois.

Lancement du projet le 15 juillet 2015, à un amphithéâtre de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS) de l'Université d'Abomey Calavi, Cotonou, Bénin.

La pré-éclampsie est donc une pathologie importante à l’échelle internationale, dont les manifestations sont observées après 20 semaines de grossesse. Présentement, aucun test ne permet un dépistage précoce de la pré-éclampsie. L’équipe du professeur Barbeau propose un nouveau marqueur, la Syncytine-2, qui permettra un tel dépistage précoce. Cette protéine se retrouve à la surface de sphères de lipides appelées exosomes qui circulent abondamment dans le sang de femmes enceintes. Basé sur les résultats démontrant que la Syncytine-2 était moins abondante à la surface des exosomes de femmes pré-éclamptiques, l’objectif principal de ce projet vise à confirmer que cette protéine est un marqueur précoce de la pré-éclampsie.

Une cohorte de femmes enceintes (normale vs. pré-éclampsie sévère) est en constitution au Bénin et au Canada depuis le 15 juillet 2015 par la participation de nos partenaires, Dre Line Leduc (Hôpital Sainte-Justine, Canada), Dr René-Xavier Perrin (Hôpital de la Mère et de l'Enfant, Bénin) et Dr Gatien Lokossou (École Polytechnique d'Abomey Calavi, UAC, Bénin). Des échantillons sériques seront prélevés mensuellement chez 600 femmes enceintes et analysés pour l’abondance en Syncytine-2 associée aux exosomes. Ces analyses seront mises en relation avec l’apparition de symptômes sévères de pré-éclampsie, et pourraient valider l’usage de la Syncytine-2 comme marqueur précoce de la pré-éclampsie.

Dr René-Xavier Perrin (Hôpital de la Mère et de l'Enfant, Bénin) (photo tirée du reportage sur le lancement du projet, Groupe de presse Canal 3).

Dr Gatien Lokossou, coordonnateur du projet, professeur-assistant à l'Université d'Abomey Calavi au Bénin (photo tirée du reportage sur le lancement du projet, Groupe de presse Canal 3).

Le projet est également financé par March of Dimes USA, les Instituts de recherche en santé du Canada et The World Academy of Sciences et, plusieurs collaborations sont en oeuvre pour sensibiliser et diffuser le plus largement possible cette étude.

Pour visionner le reportage


 

2013

Activités de coopération internationale en Afrique et de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC)

Philippe Jonnaert, professeur au Département de mathématiques de la Faculté des sciences et titulaire de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) est responsable de plusieurs projets de coopération qui se déroulent en Afrique.

Rappelons que la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) a été créée à l'UQAM en 2009. Cette Chaire s’appuie sur les travaux plus anciens de l'Observatoire des réformes en éducation (ORÉ). Les membres de cette équipe interdisciplinaire accompagnent les ministères de l'éducation, les systèmes éducatifs, les institutions d'enseignement supérieur et les universités dans leurs processus complexes de réformes curriculaires. Les équipes de la CUDC sont actives sur les scènes nationale et internationale.

Lancement de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (16 avril 2010): Au centre, le titulaire de la Chaire UNESCO de développement curriculaire et professeur au Département de mathématiques, Philippe Jonnaert; en compagnie du vice-recteur à la Recherche et à la création, Yves Mauffette; de la secrétaire générale de la Conférence des ministres de l'Éducation des pays ayant le français en partage (CONFEMEND), Adiza Hima; et de plusieurs dignitaires lors du lancement de la chaire.
Photo: Denis Bernier

Monsieur Jonnaert nous informe des projets de coopération dont il est responsable et des activités de la Chaire UNESCO CUDC au cours de 2012-2013.

Les projets de coopération en Afrique de la CUDC

 

Un projet d’envergure de coopération UQAM et Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) est en cours, pour l’élaboration de nouveaux curricula dans les institutions d'enseignement supérieur au Bénin, Côte-d'Ivoire, Niger et Togo qui est financé par la Banque africaine de développement.

Un projet de coopération en cours au Niger pour l’appui à la réforme du curriculum sera repris en octobre 2013.

Un projet de coopération en Mauritanie, de jumelage avec la faculté des sciences sera repris en septembre 2013.

Les chercheurs de la CUDC ont participé aux activités suivantes en 2012-2013 :

 

  • aux rencontres des experts mondiaux en développement curriculuaire au Bureau international de l’éducation de l’UNESCO à Genève (BIE)/UNESCO : «International Meeting on Key Curricular and Learning Issues in the Post 2015 Education and Development Agenda», pour la redéfinition de l’agenda de l’UNESCO pour la période post 2015;

 

  • à la rédaction du «UNESCO IBE Glossary of Curriculum Terminology» pour l’élaboration d’un glossaire international des termes clés en développement curriculaire, et la rédaction et validation des définitions de ces termes, avec le Bureau international d’éducation (BIE) de l’UNESCO+;  

 

  • à la mise en place d’une masse critique de spécialistes en développement curriculaire dans les pays francophones de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).  Ils ont vu à la préparation d’une filière de formation régionale en développement curriculaire dans les écoles normales supérieures (ENS) de Niamey (Niger), Abidjan (Côte d’Ivoire) et Dakar (Sénégal), travail réalisé en partenariat avec le Bureau régional de l’UNESCO pour le développement de l’éducation en Afrique (BREDA) et l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA);

 

  •  au «Projet d’appui à l’enseignement supérieur (PAES)» dans les pays de l’UEMOA de la Banque africaine de développement (BAD) pour l’harmonisation des offres de formation dans l’enseignement supérieur des pays de l’UEMOA selon le modèle «Licence, master, doctorat (LMD)» du protocole de Bologne.

 

  •  au recadrage de la réforme par compétence en Côte d’Ivoire.

Quelques publications résultant des projets internationaux de la CUDC sont sorties en 2012  :

 

  • P. Charland, Cl. Daviau, A. Simbagoye et S. Cyr, (dir.), Écoles en mouvement et réformes : enjeux, défis et perspective. États des lieux et questions curriculaires. Bruxelles : De Boeck Université. [Contribution à ouvrage collectif avec arbitrage].
  • Simbagoye, A., Jonnaert, Ph., Defise, R., (2012). Manuel à l’usage des formateurs d’ENI. Un cadre d’action pour la formation des enseignant(e)s au primaire. Projet d’appui aux enseignant(e)s du primaire. Washington : USAID; Porto Novo : Ministère des enseignants maternels et primaires. [Ouvrage collectif avec arbitrage].
  • Furtuna, D., Tanguay, D. et Jonnaert, Ph., (2012). Vers la co - construction d'une démarche d'apprentissage de la géométrie de l'espace au secondaire, in Hitt, F. et Cortès, C. (dir.), Formation à la recherche en didactique des mathématiques , (pages 286 - 296) . Longueil: Loze - Dion éditeur. [Contribution à un ouvrage collectif avec arbitrage].
  • Jonnaert, Ph., (2012). Le concept de curriculum mis en perspective. Lisbonne, université de Lisbonne : Actes du colloque de l’AFIRSE, janvier 2012. [Actes de colloque avec arbitrage].

 

Pour plus d’information à la Chaire UNESCO CUDC

Pour plus d’information sur les projets de recherche et coopération internationale de l’UQAM en Afrique

Lancement de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (10 avril 2010)


2011

Ghana

Le projet de coopération «Conférence régionale pour la mise en place d'un centre pour l'avancement du MAEP en Afrique de l'Ouest» a été financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI). René Côté, professeur à la Faculté de science politique et de droit est la personne responsable.

Le projet a été complété et la Faculté de science politique et de droit rend compte, sur sont site Internet, de l’activité, de photos, des actes de la conférence et de rapports : Implication uqamienne au Ghana.

La conférence régionale s’est tenue du 18 au 20 octobre 2010, à Accra, au Ghana. Elle a été une étape cruciale pour la mise en place d’un Centre régional pour l’avancement du MAEP (Mécanisme Africain d’Évaluation par les Pairs).Plus de 70 participants y ont pris part dont des représentants des commissions nationales MAEP de la région ouest-africaine (Ghana, Bénin, Togo, Mali, Burkina Faso, Nigeria, Sierra Leone, Liberia), des acteurs de la société civile impliqués dans le MAEP, des institutions de recherche et des partenaires au développement.

 


Burkina Faso, Guinée Bissau, Mali et Sénégal

 

Le projet de coopération «Élaboration de nouveaux curricula dans les institutions d'enseignement supérieur du Burkina Faso, Guinée Bissau, Mali et Sénégal» a commencé ses activités en 2011.

Ce projet UQAM - UEMOA (Union économique et monétaire Ouest Africaine) sur l'élaboration de Curricula est financé par la Banque Africaine de Développement (BAD) pour un montant total de 2 158 000 dollars. Il est prévu pour une durée de deux ans et demi.  Amadou Diallo, professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG) est directeur de ce projet.

 

 De gauche à droite :
- Professeur Abdoul Karim Ndoye, Directeur des programmes à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal
-Professeur Alfred S. Traore, Directeur du Centre de Recherche Biomoléculaire (CERBA) de l’Université de Ouagadougou, Burkina Faso
-Mme Chantal bouvier, Vice-rectrice aux affaires publiques et aux relations gouvernementales et internationales de l’UQAM
-Professeur Guy Cucumel, Vice-doyen à la recherche de l'École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM
-Professeur Mahamadou Samba Sidibe, Chef du Département de Formation des professeurs d'enseignement Technique de l'École Nationale des ingénieurs du Mali
-Professeur Amadou Diallo, Professeur à l’ESG, directeur du projet UQAM-UEMOA
-Professeur Ouateni DIALLO, Maître de conférences à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université de Bamako, Mali

Parmi les activités de ce projet, il y a un « Voyage d’études au Canada » qui s’est déroulé du 11 au 22 juillet 2011 à Montréal. Les délégués de trois pays membres de l’UEMOA (Burkina Faso, Mali et Sénégal) y ont pris part. En plus d’une prise de contact nécessaire entre les délégués africains et les experts du projet, un atelier était prévu au programme. Les travaux de cet atelier se sont déroulés dans les locaux de l’École des sciences de la gestion (ESG) et ont porté sur l’identification des filières (programmes) prioritaires, l’élaboration de curricula universitaires et le règlement des études. Les participants ont également assisté à une présentation de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ). L’activité « Voyage d’études au Canada » a bénéficié du soutien institutionnel de l’UQAM dont des membres de la direction ont participé à l’ouverture et à la clôture de l’atelier.

Délégués africains, les autorités de l’UQAM et les experts du projet

Le projet bénéficie aussi de l’appui du Service des relations internationales (SRI) dans le cadre de son rôle d’interlocuteur officiel des partenaires internationaux de l’UQAM.

Pour plus d’information


Cameroun

 

Le projet de recherche « Identification des marqueurs moléculaires associés à la tolérance aux maladies fongiques chez le cacao», a été financé par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) dans le cadre de l’appel d’offres pour les projets de coopération scientifique interuniversitaire. 

Jean Danyluk, professeur au Département des sciences biologiques, de la Faculté des sciences est responsable du projet.

Le projet est réalisé en partenariat avec l’Université de Yaoundé 1 et l’Université de Cocody pour des missions d’enseignement, de recherche et d’expertise, de la réalisation de publications.

Pour plus d’information

 


Algérie
Délégation l'Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene d'Alger (Algérie) à l’UQAM

 

Une délégation de l'Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene d'Alger (Algérie) était en visite à l'Université du Québec à Montréal, du 18 au 22 avril 2011. À cette occasion, des rencontres ont été organisées avec des responsables académiques et des professeurs, afin d’établir un programme de partenariat dans les domaines des études urbaines et du tourisme, de l’aménagement, de la géologie et de la géophysique. Une entente de coopération entre les deux universités a été signée le 20 avril par le recteur de l'UQAM, M. Claude Corbo, et le représentant de l'USTHB, M. Aziouz Ouabadi, doyen de la Faculté des sciences de la Terre, de géographie et de l’aménagement du territoire, en présence de l'ambassadeur d'Algérie au Canada, M. Smail Benamara.

La délégation algérienne était composée de : M. Aziouz Ouabadi, doyen de la Faculté des sciences de la Terre, de géographie et de l’aménagement du territoire; Mme Amel Baziz, secrétaire générale du Laboratoire de géographie et d'aménagement du territoire; M. Ali Hadjiedj, professeur à la Faculté des sciences de la Terre, de géographie et de l’aménagement du territoire.

Assis: de gauche à droite: Mme Amel Baziz, secrétaire générale du Laboratoire de géographie et d'aménagement du territoire; M. Smail Benamara, ambassadeur d'Algérie au Canada; M. Claude Corbo, recteur de l'UQAM, M. Aziouz Ouabadi, doyen de la Faculté des sciences de la Terre, de géographie et de l’aménagement du territoire.

Debout: de gauche à droite: M. Louis Jolin, directeur du Département d'études urbaines et touristiques, M. Ali Hadjiedj, professeur à la Faculté des sciences de la Terre, de géographie et de l’aménagement du territoire, M. François Bédard, directeur du Centre international de formation et de recherche en tourisme, M. Boualem Kadri, professeur au Département d'études urbaines et touristiques.

Photo : Sylvain St-Amand

 


2010

Burkina Faso

Partenariat avec l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) au Burkina Faso (Ouagadougou)

Un partenariat entre le Service des bibliothèques de l’UQAM et le Service ingénierie documentaire et TIC de l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) pour adapter les activités de formation et le matériel pédagogique du cours sur les compétences informationnelles, réalisé par le Service des bibliothèques de l’UQAM et mis en ligne dans la plateforme Moodle.

Partenariat entre services documentaires

Ce partenariat avec l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) au Burkina Faso (Ouagadougou) s’inscrit dans la continuité des visites de courtoisie qu’a effectuées en janvier 2010, Anne Bourgeois (Directrice de la Bibliothèque des sciences de l’éducation de l’UQAM) avec l’équipe du Service de la formation continue et à distance du 2iE. Encouragée par des représentants de la Faculté des sciences de l’éducation et le Service des relations internationales de l’UQAM avec lesquels des projets de coopération éventuelle avaient déjà été à l’étude au Burkina Faso et au 2iE en particulier, Anne Bourgeois s’est intéressée aux applications que le Service ingénierie documentaire et TIC du 2iE exerce dans la plateforme d’apprentissage Moodle. Le 2iE possède en effet une expertise avérée de formation à distance en ligne et rejoint déjà via Moodle, 32 pays d’Afrique par un accès à distance de formations, dont 25 pays pour la formation initiale en ingénierie de l’eau et de l’environnement.

Le cours à adapter comporte les deux volets distincts suivants : les tests interactifs dans Moodle (questions / réponses / rétroactions) et 13 activités d’apprentissage et d’intégration.


C’est en février 2010, qu’une rencontre a eu lieu à la Direction générale des bibliothèques avec Philippe Girard, conseiller scientifique et Amadou Hama Maïga, Directeur général adjoint du 2iE et qu’un intérêt mutuel a été réitéré pour préciser les modalités d’un partenariat qui consisterait à adapter aux domaines de recherche et d’enseignement du 2iE, le cours sur les compétences informationnelles de l’UQAM incluant les activités de formation et le matériel pédagogique. Le 2iE s’est alors engagé à assurer l’accueil et les frais de la mission à Ouagadougou (transport et hébergement), tandis que le Service des bibliothèques de l’UQAM a offert le temps de travail, d’analyse et d’adaptation et l’expertise d’Anne Bourgeois.

À l’origine, cette formation à distance «Tester vos compétences informationnelles», est née d’une collaboration étroite entre la Bibliothèque des sciences de l’éducation, le Service des bibliothèques de l’UQAM et la Faculté des sciences de l’Éducation de l’UQAM pour répondre aux besoins des étudiants d’acquérir des compétences informationnelles de recherche documentaire et de rédaction. La première version du cours (Dossier de l'étudiant) a été conçue à l'intention des établissements de l'Université du Québec, grâce à une subvention du Fonds de développement académique du réseau de l'Université du Québec (FODAR), dans le cadre du projet de Programme de développement des compétences informationnelles à l'Université du Québec. Madame Nicole Lebrun du Département Éducation et pédagogie, responsable de la subvention, mesdames Jocelyne Morin, directrice à la direction du Programme d'éducation préscolaire et enseignement primaire (ÉPEP), Sylvie Viola, directrice adjointe et Carole Raby, professeure au même département, ont alors collaboré intimement à la réalisation du projet, ainsi que tous les autres professeurs et chargés de cours de ce programme qui ont permis la tenue des activités à l'intérieur de leurs cours et la validation du matériel pédagogique.

Depuis l’automne 2009, ce cours d’autoformation est accessible par toutes les facultés de l’UQAM. En 2010-2011, avec ce partenariat au Burkina Faso entre le Service des bibliothèques de l’UQAM et le Service ingénierie documentaire et TIC du 2iE, cette formation sera adaptée à l’international, en Afrique francophone, ce qui répond à l’objectif de contribuer et de soutenir les projets de développement international de l’UQAM. Plusieurs étapes de développement et de validation sont prévues d’ici le mois de juin 2011, date prévue de la mise en ligne et de la diffusion du cours adapté par l’équipe du 2iE. D’ici là, Léa Ouattara (chef du Service Ingénierie Documentaireet TIC), Francis Semporé (directeur de la Formation Continue et à Distance), Dene Salifou, Emmanuel Ngoi, Sanata Konseibo, Fouretou Koné, ainsi que l’équipe des doctorants supervisée par Philippe Girard (conseiller scientifique du 2iE) et Anne Bourgeois poursuivront de concert, leur contribution à ces travaux.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le site International de l’UQAM :

Rubrique Missions au Burkina Faso

Reportage radiophonique de Anne-Marie Yvon à Radio-Canada international

Photo : Anne Bourgeois


Maroc

Le projet de recherche «Géologie et origine du gisement statiforme à pyrrhotite de Kettara, Jebilet, Maroc» est financé par l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), dans le cadre du programme Soutien et renforcement de l’excellence universitaire dans le domaine de la géologie économique. Michel Jébrak, professeur au Département des sciences de la Terre et de l'Atmosphère, Faculté des sciences est responsable du projet. Le projet a permis une collaboration avec le professeur Abdelhay Belkabir, de l’Université de Cadi Ayyad afin de réaliser des analyses, et des discussions sur les résultats, utiles pour les doctorants du Nord et du Sud ayant eu l’opportunité de travailler sur des environnements géologiques variés. Le projet s’est déroulé principalement en 2009 et 2010.


Afrique

Le projet de recherche internationale « Industries extractives et développement durable en Afrique » est financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Le projet a débuté en 2004 et a permis la publication du livre Mining in Africa. Regulation and Development (2009). Bonnie Campbell, professeure au Département de science politique, Faculté de science politique et de droit (UQAM), en est la personne ressource. Elle est également titulaire de la Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au développement et directrice du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA).

Implications de Madame Bonnie Campbell :

2007- à présent : Membre du International Study Group, United Nations Economic Commission for Africa, sur la révision des régimes miniers en Afrique, Addis Abeba (Éthiopie).

2006-2007 : Membre du Comité consultatif pour le Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada (MAÉCI) qui a produit le Rapport : « Tables rondes nationales sur la responsabilité sociale et l’industrie extractive dans les pays en développement. », mars 2007.




 

 

 


Publication :

Projet de coopération Québec-Mexique

MINING IN AFRICA. Regulation and Development : Campbell. Bonnie. (dir.) (2009), Copublication Londres : Pluto Press, Ottawa : CRDI, et Uppsala : The Nordic Africa Institute.

Un aperçu du contenu

 

En 2010, une édition française de l’ouvrage Mining in Africa est parue aux Presses de l’Université du Québec, sous le titre Ressources minières en Afrique. Quelle réglementation pour le développement?.

Ressources minières en Afrique. Quelle réglementation pour le développement ? : Campbell, Bonnie (dir.) (2010), Copublication Québec : PUQ, Ottawa : CRDI et Uppsala : Nordic Africa Institute.

Un aperçu du contenu

 

Pour plus d'information :

 


Ghana, Mali et République démocratique du Congo

Le projet de recherche Renouvellement des modes de gouvernance : industries extractives et réduction de la pauvreté en Afrique est financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Bonnie Campbell, professeure au Département de science politique à la Faculté de science politique et de droit est responsable du projet. Le projet a débuté en 2007 et s’est terminé en 2011. L’objectif de ce projet de recherche consistait à renforcer les connaissances sur les conditions permettant au secteur minier de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement économique et social et de réduction de la pauvreté en Afrique, en actualisant et en approfondissant les travaux de recherche antérieurs sur des enjeux similaires concernant trois pays d’Afrique (Ghana, Mali, République démocratique du Congo). Les recherches ont été conduites par la Chaire C.-A. Poissant et l’équipe du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA) en partenariat avec des équipes de recherche africaine.

Bonnie Campbell est professeure au Département de science politique, Faculté de science politique et de droit (UQAM). Elle est également titulaire de la Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au développement et directrice du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA).


République démocratique du Congo et Mali

Misant sur une collaboration établie depuis 2001, le projet, fruit d’un partenariat avec l’organisme Inter Pares, a débuté en 2007 et est actuellement en attente de renouvellement pour une quatrième année (2010-2011). Il s’agit essentiellement d’un appui à l’échange et à la mise en réseau avec des chercheurs établis, dans un premier volet du projet, en République démocratique du Congo et, dans un deuxième temps, au Mali. L’appui d’Inter Pares permet notamment le financement de séjours de recherche terrain ainsi que l’engagement des personnes impliquées dans la mise en réseau du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA), dirigé par Bonnie Campbell, auprès d’acteurs de la recherche dans les deux pays concernés. L’objectif général de ce projet est de renforcer les connaissances sur les conditions permettant au secteur minier de contribuer à l’atteinte des objectifs de développement économique et social et de réduction de la pauvreté en Afrique, notamment par le biais de la reconnaissance de la contribution unique des acteurs locaux à la recherche et à la compréhension des enjeux associés à cette problématique.


Niger

Le projet de coopération Appropriation et opérationnalisation d'une approche curriculaire est financé par le Ministère de l'Éducation du Niger.  Philippe Jonnaert, professeur au Département de mathématiques de la Faculté des sciences et titulaire de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC) est responsable du projet.


Bénin, Côte-d'Ivoire, Niger et Togo

Le projet d'élaboration de nouveaux curricula dans les institutions d'enseignement supérieur est financé par la Banque africaine de développement. Philippe Jonnaert, professeur au Département de mathématiques de la Faculté des sciences et titulaire de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC)  est responsable du projet.

 


République démocratique du Congo (Kinshasa)

Le projet d'élaboration du cadre d'orientation curriculaire de la réforme du système éducatif congolais est réalisé. Philippe Jonnaert, professeur au Département de mathématiques de la Faculté des sciences et titulaire de la Chaire UNESCO de développement curriculaire (CUDC)  est responsable du projet.


  

 

2009

Afrique francophone

Le projet de recherche internationale « La gestion locale de l'eau à l'aide des systèmes d'information géographiques en Afrique francophone » est financé par le Centre de recherches pour le développement international. Le projet a début en 2006 et se termine en 2009. Yves Baudouin, professeur au Département de géographie, Faculté des sciences humaines est la personne ressource. Pour plus d’information du CRDI;
Pour plus d’information CRDI-UQAM


Kenya

Deux récipiendaires de la bourse en journalisme de l'UQAM de 2007-2008, dans le cadre du programme Bourse Journalisme et développement de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) ont pu réaliser un projet de journalisme à Nairobi au Kenya, afin entre autres de produire des articles au sujet du camp de réfugiés de Dadaab, situé dans le nord du Kenya, tout près de la frontière somalienne; du conflit somalien avec les réfugiés; de traiter du grave problème de surpopulation dans le camp, où plus de 280 000 personnes s'y entassent, certaines depuis 1992 (date d'ouverture du camp). 

Les étudiants ont réalisé des entrevues avec le Haut commissariat pour les réfugiés des Nations unies, des intervenants de Médecins sans frontières Suisse et un grand nombre de réfugiés. Ils ont rencontré de jeunes réfugiés somaliens qui prennent part au programme de Entraide Universitaire Mondiale du Canada.  Ils ont visité les projets de Médecins sans frontières France dans le bidonville de Matare, et de Médecins sans frontières Belgique dans le bidonville de Kibera, où ils ont rencontré des jeunes qui luttent contre la pauvreté et la violence par les arts. 

La récipiendaire de la bourse 2009-2010 pourra réaliser son projet de journalisme au Ghana.

Pour plus d’information :

Article de Simon Coutu et Alexandra Arbour, publié le 25 juillet 2009 dans cyberpresse.ca  « Kenya: dans l'enfer de sable » :  http://www.cyberpresse.ca/international/afrique/200907/25/01-887196-kenya-dans-lenfer-de-sable.php

Pour plus d'information concernant le projet dans son ensemble à la Faculté de communication, voir section Divers pays 


Madagascar

Le projet de coopération « Appui à la Direction de Développement de Curriculum et à l'Institut National de Formation Pédagogique du MENSR » est financé par le Ministère de l'éducation et de la recherche scientifique de la République de Madagascar.  Philippe Jonnaert, professeur au Département de mathématiques, Faculté des sciences est la personne ressource. Le projet est encours; il se déroule de 2008 à 2011. L’observatoire des réformes en éducation (ORÉ) est remplacé par la Chaire UNESCO en développement curriculaire de l'UQAM. Les informations de la Chaire UNESCO/ORÉ en développement curriculaire sont à venir.


Mauritanie

Le projet de coopération « Assistance technique pour la mise en place d'un jumelage en filières générales, au projet de la Faculté des Sciences et Techniques de l'Université de Nouakchott » est financé par le Ministère de l’Éducation Nationale de Mauritanie.  Le projet a pour objectif la modernisation des filières d’enseignement général et l’institutionnalisation de la recherche scientifique.  Philippe Jonnaert, professeur au Département de mathématiques, Faculté des sciences est la personne ressource. Le projet est en cours; il se déroule de 2007 à 2010. Les informations de la Chaire UNESCO/ORÉ en développement curriculaire sont à venir.


Sénégal

Le documentaire ICE et approche située montre l'expérimentation de l'approche située dans une école sénégalaise, lorsqu'une partie de ces ressources sont les TICE (technologies de l'information et des communications en éducation). Une équipe, dirigée par le professeur Philippe Jonnaert du Département de mathématiques, a développé cette approche didactique innovante pour l'enseignement et l'apprentissage dans les salles de classe. En 2009, UQAM.TV diffuse le documentaire ICE et approche située, une approche didactique expérimentée dans une école sénégalaise pour plus d'informations.


Sénégal

Le projet de coopération « Traitement de l'enquête des usagers de Dakar » est financé par l’Association internationale des maires francophones (AIMF) , France, dans le cadre de l’entente privilégiant le développement économique et social à Dakar. Le projet a pour objectif de traiter les données de l’enquête et de rédiger le rapport. Catherine Garnier, Directrice du Groupe d'étude sur l'interdisciplinarité et les représentations sociales (GEIRSO), Faculté des sciences humaines, est la personne ressource à l’UQAM.