Grandes Antilles

2015

Coopération de l’UQAM en Haïti avec la Fondation Digicel pour la formation de formateurs au préscolaire et à l’enseignement primaire

Le groupe des étudiantes et étudiants haïtiens inscrits dans le programme délocalisé de Certificat en éducation préscolaire et enseignement primaire (perfectionnement).

Photo : M. Ludmillo Pierre d’Ayiti

Projet de coopération «Formation des professeurs et formateurs haïtiens»

Grâce à un partenariat établi avec la Fondation Digicel-Haïti, l’UQAM a débuté en 2012 le projet de coopération «Formation des professeurs et formateurs haïtiens». Le professeur Pierre Toussaint du Département d’éducation et pédagogie a agi comme responsable du projet. 

Le Certificat en éducation préscolaire et enseignement primaire (perfectionnement) a été dispensé à Haïti par l’UQAM sur une période de trois ans.  Les objectifs de ce certificat visent à amener les étudiants-enseignants à s'engager individuellement ou collectivement dans leur processus de formation en vue de mettre à jour et d'enrichir leur pratique professionnelle par des activités intégrées préparant à l'intervention au préscolaire et au primaire.

L’UQAM a élaboré dix modules d’enseignement selon l’approche par compétence et à partir du programme détaillé du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle d’Haïti. Le programme comportait des cours sur le dépistage des difficultés en lecture et en écriture; sur l’organisation pédagogique et la relation éducative au primaire; sur la didactique des sciences et éducation à l’environnement; sur des technologies de l’information et de la communication en enseignement; le développement professionnel des enseignants et une analyse réflexive de la pratique en éducation au préscolaire et primaire; sur la didactique du français;  sur l’éducation à la citoyenneté; sur l’évaluation des apprentissages au primaire et les apprentissages numériques au préscolaire et au primaire.

Partenaires du projet

Pour réaliser ce projet, l’UQAM a pu compter sur l’appui financier et logistique de la Fondation Digicel et sur l’étroite collaboration de l’Université Quisqueya.

La compagnie Digicel est une entreprise de téléphonie cellulaire qui couvre la région des Caraïbes. Sa fondation a pour mission de soutenir l’éducation primaire et secondaire dans les Caraïbes et notamment à Haïti. Un des projets majeurs de la Fondation a été le financement de 150 écoles publiques à travers le pays. Avec le projet de coopération «Formation des professeurs et formateurs haïtiens»,  la Fondation Digicel visait la formation de formateurs pouvant encadrer le travail des enseignants du préscolaire et du primaire au sein des nouvelles écoles récemment construites.

L’Université Quisqueya, quant à elle, a participé au programme de formation en permettant aux étudiantes et étudiants du programme d’obtenir un point d’ancrage universitaire. Cet ancrage visait à leur donner accès à la bibliothèque et aux laboratoires informatiques et une mise en relation de mentorat avec les professeurs de l’Université.

Pour plus d’information sur la mission de la délégation de l'UQAM à Haïti pour tenir la cérémonie de certification des étudiantes et étudiants haïtiens inscrits dans le programme, en mars 2015.


2013

Financement supplémentaire pour le projet «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti»

Paul-Martel Roy, professeur associé au Département des sciences économiques de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal et directeur du projet «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti, 2007-2013 », nous informe des réalisations et des suites de son projet.

Ce projet de partenariat entre l’Université du Québec à Montréal (UQAM), l’Université Quisqueya (uniQ), et le GRET-Haïti Groupe de Recherche et d'Échanges Technologiques Haïti vient d’obtenir un financement supplémentaire pour augmenter la diffusion de ses résultats. Le financement supplémentaire aura ainsi pour impact de contribuer à améliorer les connaissances sur la problématique des quartiers précaires, de façon générale et particulièrement en Haïti, en diffusant largement les résultats dans le monde. Les travaux réalisés grâce à ce financement supplémentaire se termineront à la fin de décembre 2013.

Graduation de la première cohorte du mastère, 14 juillet 2012.

L’effort de diffusion comporte quatre volets :

  • Un ouvrage de référence comprenant les mémoires et les rapports de stages des étudiants
  • Un ouvrage de référence constituant les actes du colloque international, «Habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince», tenu à Port-au-Prince, du 16 au 18 avril 2012
  • La mise à niveau de documents audiovisuels
  • La mise à niveau et mise à jour du site internet du projet

Rappelons que depuis 2007, le projet «Quartiers précaires»a été financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI), Volet 2 du Programme de partenariats universitaires en coopération et développement (PPUCD). L'Association des universités et collèges du Canada (AUCC) a été l'agent d'exécution. Ce projet s’est terminé en mars 2013. C’est dans le même cadre que le financement supplémentaire a été accordé pour la diffusion des résultats.

Lors de l'inauguration du colloque «L’habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince», qui a eu lieu des 16 au 18 avril 2012, dans le cadre du projet «Quartiers précaires». De gauche à droite, Jacky Lumarque, recteur de l’Université Quisqueya (uniQ), Evens Emmanuel, doyen de la Faculté de génie et architecture à l’uniQ, et Mme Gabrielle Hyacinthe, mairesse de Port-au-Prince.

Soulignons que d’une part, auparavant, d’autres projets similaires ont été financés par l’ACDI dans le cadre d’autres programmes, et par l’Association des universités et collèges du Canada. En fait, les projets ont débuté en juillet 1987. D’autre part, les résultats du projet «Quartiers précaires» en Haïti, ont dépassé les attentes, malgré un contexte difficile aggravé par le tremblement de terre du 12 janvier 2010.

L’équipe responsable est :

  • Evens Emmanuel pour l’uniQ
  • Jean Ledu Annacacis pour le GRET
  • Paul Bodson, Jean Goulet et Paul-Martel Roy pour l’UQAM
  • Paul-Martel Roy, responsable auprès de l’AUCC

Comme mentionné, le projet a mis en ligne un site web ( http://www.hqp.uqam.ca ) qui rend compte de l’évolution du projet et des développements académiques, et qui sera développé davantage grâce au financement supplémentaire. On y retrouve déjà les documents du projet, du colloque international et les résumés des mémoires des étudiants de la première cohorte de la maîtrise «Aménagement des quartiers précaires et développement urbain durable», à l’Université Quisqueya.

À droite Paul-Martel Roy, au Camp Corail, construit après le séisme, en banlieue nord de Port-au-Prince.

Contexte en Haïti

L’Université Quisqueya sous la tente après le séisme de janvier 2010.

Haïti a connu sur une période de cinquante ans et jusqu’au 12 janvier 2010 une urbanisation accélérée. Dans un contexte de ressources limitées, le bidonville s’est imposé comme réponse à la crise du logement. En facilitant la mise en valeur du potentiel humain des bidonvilles par des actions d'aménagement et de développement local, le projet «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti» a voulu dans un premier temps appuyer les efforts du gouvernement haïtien en vue d'élaborer des programmes d'amélioration de ces bidonvilles.

Le séisme du 12 janvier 2010 est venu modifier la réalité haïtienne et augmenter encore la pertinence du projet. Le tremblement de terre de force 7,0 à l’échelle de Richter a en effet eu des conséquences désastreuses sur l’espace construit de la région métropolitaine de Port-au-Prince, faisant au-delà de 1 000 000 de sans-abri.

Marché à Port-au-Prince.

Désormais, une des priorités nationales du pays est non seulement l’amélioration des conditions de vie dans les bidonvilles, mais aussi, et même surtout la relocalisation des sans-abri dans de nouveaux quartiers viables.

Dans cette perspective, le projet «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti» avait pour objectif de consolider la capacité de l'Université Quisqueya (uniQ) à offrir des formations en aménagement et développement dans un milieu urbain précaire, et à favoriser une bonne gouvernance locale par la participation des collectivités, du secteur privé, des administrations communales et de l'État.

C’est la thèse doctorale de Jean Goulet, codirecteur du projet, qui a fourni le point de vue adopté lors de la préparation du projet. Cette thèse, qui portait sur la dynamique sociale des quartiers précaires, a mis en évidence l’apport des habitants eux-mêmes dans le développement de leur quartier et l’amélioration de leurs conditions de vie, apport qui est lié aux ressources mises à disposition.

Quartier précaire à Port-au-Prince.

Le projet de coopération en Haïti, «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti» 2007-2013

Le projet de coopération en Haïti, « Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti 2007-2013 » a visé à soutenir des institutions locales (organismes publics, ONG, groupes communautaires, partenariats publics privés) dans leur mission respective, par la mise en place de programmes de formation et de structures d'appui permettant l'émergence de ressources humaines locales compétentes et susceptibles d'intervenir adéquatement dans les quartiers urbains précaires en Haïti.

Pour réaliser le projet, l'Université Quisqueya (uniQ) et l'Université du Québec à Montréal (UQAM) se sont associées en partenariat. Le projet s'est aussi adjoint un partenaire disposant d'une solide expertise terrain des bidonvilles : le Groupe de recherche et d'échanges technologiques (GRET) de Haïti.

Un Centre de Recherche et d'Appui aux Politiques Urbaines (CRAPU) a été créé, dépassant l'objectif qui à l’origine était de créer un Centre de Référence et d'Appui (CRA).

Pour sa gestion administrative, le projet a obtenu l’appui du Centre interuniversitaire sur le risque, les politiques économiques et l’emploi (CIRPÉE) de l'UQAM.

Impact académique et social

Pendant la durée du projet, l’Université Quisqueya aura accueilli deux cohortes d’étudiants à la maîtrise en aménagement et développement des quartiers précaires appliqués aux pays en développement. Il s’agit désormais d’un mastère de type 2, avec mémoire et pouvant mener à des études doctorales.

La première cohorte comprenait 32 étudiants. Après le tremblement de terre, 20 d’entre eux ont pu continuer leurs études et ont gradué le 14 juillet 2012. La deuxième cohorte était constituée de 15 étudiants, qui ont suivi une maîtrise de type 2.

Séance de travail d’étudiants de la deuxième cohorte avec des responsables du GRET – Groupe de recherche et d’échanges technologiques.

Plusieurs étudiants étaient déjà impliqués dans l’intervention en vue d’améliorer les conditions de vie dans les quartiers précaires, dont Jean Ledu Annacacis, étudiant de la première cohorte, qui est maintenant directeur du GRET en Haïti.

Mentionnons la contribution de plusieurs professeurs de l’UQAM qui ont enseigné dans le cadre de cette maîtrise en Haïti et ont dirigé ou codirigé le mémoire de la plupart des étudiants. Citons notamment, Jean Goulet, Paul Bodson, Paul-Martel Roy, Sylvain Lefebvre et Nicolas Lemay-Hébert.

Le projet a aussi permis à des étudiants haïtiens de venir étudier ou faire un stage à l’UQAM, et inversement à des étudiants de l’UQAM d’aller en stage à l’uniQ. Des séances de formation sur mesure ont été offertes et des personnes ont ainsi pu améliorer leur capacité d’intervenir dans les quartiers précaires.

Finalement, les principales activités ont été l'élaboration d’un mastère (DESS), la création d'un centre de référence et d'appui (CRA); la formation et le perfectionnement du corps professoral haïtien et de deux cohortes d'étudiants. Des activités de formation sur mesure ont été réalisées, en particulier auprès des femmes; une recherche-action et l'élaboration de guides d'intervention. Ces activités ont rejoint les ministères concernés, les communes, des organisations non gouvernementales, des professeurs et des étudiants des établissements partenaires, des spécialistes en ressources humaines et en intervention et des habitants des quartiers populaires.

Colloques et rencontre de réflexion

Dans le cadre du projet «Quartiers précaires», l’UQAM a été le maître d’oeuvre avec l’Université Quisqueya et l’Institut de Recherche pour le Développement, du Colloque international : «Habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince : quel rôle pour les universités et la recherche?» qui s’est tenu du 16 au 18 avril 2012. À cette occasion, des étudiants de la première cohorte de la maîtrise en aménagement des quartiers précaires et développement urbain durable, à l’Université Quisqueya, ont présenté une exposition d’affiches sur l’aménagement et le développement durable dans les quartiers précaires de Port-au-Prince et les environs. Plus d'une centaine de personnes ont assisté au Colloque international.

Participation des étudiants au Colloque international en 2012
Colloque international : «Habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince» du 16 au 18 avril 2012

Les étudiants à la maîtrise en aménagement des quartiers précaires et développement urbain durable de l'uniQ ont présenté des affiches dans le cadre d'une exposition de leurs travaux lors du Colloque international. Visionner 11 photos.



Participation au Colloque international en 2012
Plus d'une centaine de personnes ont assisté au colloque, venues d’horizons différents, dont des ingénieurs, des architectes et des professeurs et étudiants intéressés au Colloque international. Visionner 14 photos.





Le colloque a été suivi d'un Séminaire-atelier : «Développement et renforcement des capacités de recherche en Haïti», les 19 et 20 avril 2012, dont l’Institut de recherche pour le développement (IRD) était le maître d’œuvre avec la contribution de l’UQAM et de l’Université Quisqueya.

Panélistes au Séminaire-atelier : «Développement et renforcement des capacités de recherche en Haïti, des 19 et 20 avril 2012, à la dernière table ronde, avec la participation Paul-Martel Roy, directeur du projet «Quartiers précaires»; Stéphane Pallage, vice-doyen à la recherche à l’ESG-UQAM (aujourd’hui doyen); Evens Emmanuel, directeur du programme de maîtrise uniQ; Paul Émile Simon, architecte urbaniste DPLGF; Georges Eddy Lucien, directeur du CRAPU; Paul Bodson, membre du comité organisateur du colloque et collaborateur au projet «Quartiers précaires»; Robert D’Ercole, chercheur, Institut de recherche pour le développement (IRD).

Un second colloque s’est tenu à l’Université Quisqueya les 13 et 14 juillet 2012, réunissant des chercheurs haïtiens et canadiens sur le thème de «La valorisation des quartiers précaires».

Perspectives

Des études doctorales dans les domaines de l'aménagement et des politiques urbaines seront possibles grâce à la création en cours de l'École Doctorale à laquelle contribuent l'Université Quisqueya, l'Université d'État d'Haïti et l'Agence Universitaire de la Francophonie.

L’entente internationale générale de l’UQAM avec l’Université Quisqueya est renouvelée dans les domaines de l'économie, des études urbaines et touristiques et de l'environnement.

Outre le financement supplémentaire accordé au projet «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti», prévu en 2013, d’autres collaborations et d’autres financements sont prévus avec l’Université Quisqueya, notamment avec le CRAPU, avec Sylvain Lefebvre, Jean-Philippe Waaub et le Laque - laboratoire sur la qualité de l’eau à Quisqueya.

Pour plus d’information (site sur les quartiers précaires)

Photos : Projet «Quartiers précaires».


2012

Colloque international : «Habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince»

Les professeurs Paul Martel Roy du Département des sciences économiques et Paul Bodson du Département d’études urbaines et touristiques ont participé au colloque international «L’habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince : quel rôle pour les universités et la recherche?», qui s'est tenu à l’hôtel Karibe, Pétion-Ville, en Haïti, des 16 au 18 avril 2012, et pour le séminaire «Développement et renforcement des capacités d’enseignement et de recherche en Haïti» qui s'est tenu les 19 et 20 avril 2012. 

Le colloque et le séminaire ont été organisés conjointement par l’université Quisqueya (UNIQ), l’Université d’État d’Haïti (UEH), l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et l’Institut de recherche pour le développement (IRD/AIRD, France).

Les thèmes de communication du colloque étaient :

  • Habilitation urbaine durable de Port au Prince. Le point de vue des universités;
  • Résilience urbaine et durabilité;
  • Conditions de réussite de l’habilitation urbaine post-séisme de Port-au-Prince;
  • Formation et recherche universitaires sur la vulnérabilité et les risques en milieu urbain;
  • Reconstruction de Port au Prince. Analyse et réflexions sur les stratégies d’intervention en  milieu urbain;
  • Projets majeurs d’habilitation urbaine  post-séisme à Port-au-Prince;
  • Pression démographique et croissance urbaine.

Les thèmes de communication du séminaire-atelier étaient :

  • Le métier de chercheur;
  • Filières de formation et laboratoires de recherche : des dynamiques liées;
  • Recherche et expertise ;
  • L’évaluation des chercheurs et des laboratoires;
  • Les outils de la recherche;
  • Équipes de recherche, réseaux de recherche, unités mixtes nationales et internationales;
  • Renforcement des capacités de recherche et aide internationale.

Pour plus d’information concernant l’appel à participation et l’inscription au colloque et au séminaire (format PDF) 

 


2007-2013

En Haïti, le projet « Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti 2007-2013 », vise à soutenir des institutions locales (organismes publics, ONG, groupes communautaires, partenariats publics privés) dans leur mission respective, par la mise en place de programmes de formation et de structures d'appui permettant l'émergence de ressources humaines locales compétentes et susceptibles d'intervenir adéquatement dans les quartiers urbains précaires en Haïti. Pour réaliser le projet, l'Université Quisqueya (UNIQ) et l'Université du Québec à Montréal (UQAM) se sont associées en partenariat. Le projet s'est aussi adjoint un partenaire disposant d'une solide expertise terrain des bidonvilles : le Groupe de recherche et d'échanges technologiques (GRET) de Haïti. Le projet est financé par l'Agence canadienne de développement international (ACDI), Volet 2 du Programme de partenariats universitaires de coopération et développement (PPUCD). La personne-ressource est Paul-Martel Roy, professeur au Département des sciences économiques, École des sciences de la gestion.

Pour plus d'information concernant le contexte et le terrain des travaux du projet «Quartiers précaires», avant et après le séisme du 12 janvier 2010, présentation de Jean Goulet, Département d’études urbaines et touristiques, de Paul Bodson, Département d'études urbaines et touristiques et de Paul-Martel Roy, Département des sciences économiques, 2012 (format PDF) 

Pour plus d'information sur les délégations et missions concernant Haïti

Site Web «Quartiers précaires et développement urbain durable en Haïti»