Divers pays

2014-2015

Amériques

Colloque international sur l'internationalisation de la mission sociale des universités dans les Amériques et publication des actes du Colloque

Le colloque international «L’internationalisation de la mission sociale des universités dans les Amériques : défis, enjeux et stratégies» s’est tenu les 22, 23 et 24 octobre 2014, à l'UQAM.  Ce colloque organisé en partenariat  par l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM), le conseil des relations internationales de Montréal (CORIM) et l’Organisation universitaire interaméricaine (OUI-IOHE) a bénéficié de l’appui de l’Agence universitaire de la Francophonie, dans le cadre de son programme «Appui à la recherche», volet « Appui aux manifestations scientifiques » en 2014. Sous la responsabilité scientifique du professeur Dorval Brunelle, alors directeur de l’IEIM, le colloque a présenté les communications de conférenciers en provenance du Mexique, des États-Unis, du Brésil, de l’Argentine, du Costa Rica, de Colombie, de l’Équateur.

On peut consulter le site du Colloque et écouter plusieurs communications sur le site du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM).

Dorval Brunelle, professeur au Département de sociologie de l’UQAM, nous informe de la parution des actes de ce Colloque international en janvier aux éditions IEIM.

Sous la direction de Dorval Brunelle, l’ouvrage intitulé «La mission sociale des universités dans les Amériques», comporte 19 textes signés par 26 auteurs issus des trois Amériques et de la Caraïbe et présente des expériences et des initiatives dans le cadre de l’interaméricanité appliquée à l’éducation supérieure.

La mission sociale des universités et son internationalisation est un objectif des services aux collectivités, des services à la communauté, et s’étend également à l’enseignement et à la recherche.  C’est toute la communauté universitaire qui est mise à contribution.

Parmi les textes publiés en français, on retrouve :

- Dorval Brunelle présente le texte, Mise en contexte historique et politique : de la mission sociale à la responsabilité sociale des universités, et retour

- François Vallaeys, Responsabilité sociale universitaire en Amérique Latine

- Timothée Labelle, Implication étudiante en recherche : contribution et développement de la mission sociale des universités

- Samuel Pierre, Pierre Toussaint et James Féthière, L’Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH) : un outil de développement socioéconomique

- Ginette Legault, La formation à distance : une voie privilégiée pour favoriser l’accès, la qualité et l’équité

- Francine Verrier, L’École de l’innovation citoyenne : un exemple de responsabilité sociale à Montréal

Dans l’ensemble, on retrouve les auteures et auteurs suivants :

Raúl Arias Lovillo
Ruth De la Asunción Romero
Dorval Brunelle
Allan Cahoon
Fernando Cornejo
Pierre Doray
Cristina Esgrigas
Carla Estrella
James Féthière
Jean-Marc Fontan
Andrew Furco
Sylvie de Grosbois
Patricia Gudiño

Budd L. Hall
Timothée Labelle
Ginette Legault
Adriana Maciel
Samuel Pierre
Livia Reis
Luciano Rodrigues Marcelino
Luis Miguel Romero
Félix Simoneau
Rajesh Tandon
Pierre Toussaint
François Vallaeys
Francine Verrier

BRUNELLE, Dorval dir., La Mission sociale des universités dans les Amériques. Actes quadrilingues, Montréal, Éditions IEIM, 2016, 472 pages.

Pour plus d’information sur le site de l’IEIM


2015

Francophonie et Féminisme

7e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie à l'UQAM, août 2015

L’UQAM a accueilli le 7e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie, du 24 au 28 août 2015, organisé par L’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et le Service aux collectivités (SAC) de l’UQAM.

L’équipe du CIRFF 2015 mentionne qu’à cette occasion, plus de 1000 congressistes provenant de divers milieux de la recherche féministe de l’espace francophone mondial y ont participé sur le thème Penser, Créer, Agir. Le titre du congrès Penser Créer Agir les féminismes et les axes thématiques proposés étaient une invitation au partage des connaissances et à la mise en commun de pratiques et d'expériences pour imaginer un projet féministe de transformation sociale et de révolution des savoirs. Inscrit dans la continuité des six précédentes rencontres, le Congrès a offert un espace privilégié pour les chercheures, étudiantes, praticiennes-chercheures, artistes, intervenantes et militantes des milieux féministes. Des efforts spéciaux ont été déployés pour attirer le plus grand nombre possible de participantes de tous les pays de l'espace francophone mondial. 

Le CIRFF 2015 en vidéo

Les enregistrements de la séance d'ouverture, de la plénière par et pour les femmes autochtones et de la conférence publique sont diffusés sur le site de ce 7e Congrès


2010

Francophonie

Survol du Colloque international à l’UQAM : État de la recherche «Femmes : théorie et création dans la francophonie» et publications

C’est sous l’égide de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM (IREF) que s’est tenu le Colloque international : État de la recherche «Femmes : théorie et création dans la francophonie», organisé par Thérèse St‐Gelais, professeure au Département d’histoire de l’art de l’UQAM, avec la collaboration de Martine Delvaux, professeure au Département d’études littéraires de l’UQAM, avec des collaborations interuniversitaires du Québec (Université de Montréal, Université de Sherbrooke) et des collaborations internationales en provenance des États-Unis et de la France. Certaines communications concernaient des artistes ou écrivaines américaines, mexicaines, françaises, égyptiennes, africaines, québécoises, et un écrivain haïtien. Le colloque s'est tenu les 30 septembre, 1er et 2 octobre 2010, à l'UQAM.

 

 

Marie-Andrée Roy, Directrice de l'IREF depuis 2006

 

 

 


Les théories et analyses énoncées ont permis de mieux connaître les œuvres des femmes créatrices, de mieux les situer dans leur contexte sociohistorique en faisant ressortir des aspects de leur engagement politique et des stratégies de résistance et de résilience de plusieurs femmes artistes, écrivaines; des stratégies de libération, de brouillage, de déterritorialisation qu’elles développent, qu’elles proposent.

 

Les organisatrices du colloque :  Thérèse St‐Gelais, professeure au Département d’histoire de l’art de l’UQAM, avec la collaboration de Martine Delvaux, professeure au Département d’études littéraires de l’UQAM

 

 

 


Plusieurs femmes ont abordé des domaines «hors du spécifiquement féminin», avec un point de vue critique, poétique, par exemple lié à l’urbanisme, à la culture médicale scientifique, à la consommation de masse, à l’oppression d’un peuple minoritaire, plusieurs ont abordé des domaines spécifiquement féminin et féministe :

  • Célébration du féminisme Rosalie Lessard, doctorante en études littéraires, UQAM;
  • Le féminin : outil d’analyse et matériau de création théâtrale de Catherine Cyr, doctorante en Études et pratiques des arts, UQAM;
  • Naître, engendrer, avorter. Portraits de quelques Médée en artistes féministes, Catherine Mavrikakis, professeure en littérature de langue française, à l’Université de Montréal;
  • Femme violée, femme hors-la-loi : représentation de la sexualité féminine dans deux romans français, Jacinthe Dupuis, à la maîtrise en études littéraires, à l’UQAM).

Les termes de la postmodernité, du genre, du genré, de la postpornographie féministe, du cyberféminisme, du spécifiquement féminin, des stéréotypes ont été lancés comme matière à développement, à analyse, à création. En toile de fond : l’ostracisme des femmes dans la culture dominante, encore peu représentées dans certains domaines (musique), de la censure de leur expression, du sexisme, de l’hétérosexisme, de l’hypersexualisation et de la violence faite aux femmes au cours des dernières décennies. De nouvelles visions du monde émergent de leurs critiques et métaphores subversives.

Quelques communications internationales :

Mercédès Baillargeon, doctorante en Langues romanes et littératures, à University of North Carolina, États-Unis, a offert une communication sur l’œuvre de la québécoise Nelly Arcan : Postféminisme / Posthumanisme chez Nelly Arcan : le spectre de la monstruosité ou nouvelles identités cyborgiennnes ?

Elvan Zabunyan, maître de conférences, à l’Université Rennes 2, France, a présenté la communication :  Écrire et créer, entre théorie et pratiques, enjeux contemporains du travail des artistes intellectuelles féministes.

Dominique Fisher, professeure d’études françaises et francophones, à University of North Carolina, États-Unis, a présenté une communication à propos de l’écrivaine québécoise d’origine française, Régine Robin : Déambulations « interdisciplinaires » ou les «Megapolis» de Régine Robin.

Maria Fernanda Negrete, doctorante en études romanes, à Cornell University, États-Unis, a présenté une communication concernant plusieurs femmes artistes en arts visuels : Transfusions corpor(é)elles : Puissances du fluide dans l’art et l’esthétique.

Frieda Ekotto, professeure au Département de français, University of Michigan, États-Unis, a présenté une communication sur les cinéastes femmes en Afrique : Cinéastes femmes d’Afrique : créatrices d’images.

Lors de ce colloque, quelques artistes ont présenté leur travail dont notamment Ghada Amer (New York), le collectif Les Fermières Obsédées (Montréal), Marquise Lepage (Montréal).

Ghada Amer, artiste en art visuel, peintre, Égyptienne d’origine, résidant à New York, venue présenter son œuvre dans le cadre du colloque.


 Ghada Amer, artiste en art visuel, peintre, Égyptienne d’origine, résidant à New York, a inauguré le colloque avec sa communication à propos de son œuvre, au Musée d’art contemporain de Montréal. On a pu mieux connaître son point de vue et son œuvre intégrant des traditions artisanales (couture, broderie) et inspirée par les représentations de la sexualité, de l’érotisme, des femmes, et une iconographie représentant notamment l’intimité corporelle, sexuelle et relationnelle.

Eugénie Cliche, artiste de Montréal, est venue présenter le travail du collectif de femmes artistes en art visuel et performance dont elle est membre : « Les Fermières Obsédées ». Dans leur présentation sur leur site, le collectif mentionne : À la limite du cliché, l'image de la femme représentée par le port de cet uniforme leur sert de matière à transgression; elles ont comme désir la réinvention et le renversement de cette image dans toute sa contemporanéité.

À droite, l’artiste québécoise Eugénie Cliche, membre du collectif « Les Fermières Obsédées ».


Marquise Lepage, réalisatrice de Montréal, est venue présenter son travail en cinéma, conjugué à son engagement pour changer le monde et particulièrement, elle nous a parlé de son dernier documentaire « Martha qui vient du froid», sur Martha Flaherty, petite-fille de Robert J. Flaherty (Nanook of the North), qui, avec sa famille, a été déportée par le gouvernement canadien en Extrême-Arctique pendant la guerre froide, dans les années 50. Son film a voulu contribuer à sensibiliser la population concernant le sort réservé aux inuits victimes d'une politique fédérale de déportation cruelle et brutale au nom de l'intégrité du territoire arctique canadien.

 

 

Marquise Lepage, réalisatrice québécoise, venue parler, entre autres, de son documentaire « Martha qui vient du froid»

 

  

 


La tenue de ce colloque a été rendue possible grâce au soutien des partenaires suivants : Conseil de recherches en sciences humaines du Canada; ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec; Musée d’art contemporain de Montréal; l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM; la Galerie de l’UQAM; Figura, le centre de recherche sur le texte et l’imaginaire; et la Faculté des arts de l’UQAM, Département d’histoire de l’art et Département d’études littéraires.

Une dizaine de professeures et huit étudiantes à la maîtrise et au doctorat ont présenté des communications lors du colloque.


Pour voir les nouvelles parutions des membres de l’IREF

Pour consulter la liste des publications présentées lors du Colloque par Coop UQAM et qui concernent plusieurs œuvres analysées et plusieurs domaines de création abordés lors du colloque


 Amérique du Sud et Afrique

Depuis 2006,  la Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l'aide au développement conduit un ambitieux programme de recherche tricontinental intitulé Programme de recherche et d’échange sur la gouvernance démocratique (PREGD), qui associe la Chaire C.-A. Poissant et l’UQAM à deux des principales entités continentales de recherche en sciences sociales en Afrique et en Amérique latine : le Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA) et la Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO).

Au sein du Programme de recherche et d’échange sur la gouvernance démocratique (PREGD), la Chaire C.-A. Poissant est responsable des recherches sur les enjeux soulevés par les politiques de développement et stratégies de coopération qui promeuvent une meilleure gouvernance, et qui cherchent à identifier les arrangements institutionnels susceptibles de contribuer à un renforcement démocratique. Grâce à un financement du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), l’organisation par la Chaire d’une conférence internationale intitulée À quoi sert la gouvernance? Regards croisés sur gouvernance, espaces politiques et processus démocratiques, ainsi que d’une table ronde sur la gouvernance et le processus de reconstruction démocratique en Haïti, a permis de valoriser les travaux conduits dans le cadre du PREGD.

Photos prises à l’occasion de la conférence internationale intitulée À quoi sert la gouvernance? Regards croisés sur gouvernance, espaces politiques et processus démocratiques, tenue le 25 mars 2010 à l’UQAM. On retrouve, de gauche à droite, Bonnie Campbell (Chaire C.-A. Poissant, UQAM), Nicolás Loza Otero (FLACSO, Mexique), Gisela Zaremberg (FLACSO, Mexique), David Sebudubudu (University of Botswana, Botswana), Godwin Murunga (CODESRIA et Université Kenyatta, Kenya), et Ángel Saldomando (Centro de Investigaciones de la Comunicación (CINCO), Nicaragua)).

Bonnie Campbell est professeure au Département de science politique, Faculté de science politique et de droit (UQAM). Elle est également titulaire de la Chaire C.-A. Poissant de recherche sur la gouvernance et l’aide au développement et directrice du Groupe de recherche sur les activités minières en Afrique (GRAMA).


Divers pays

Le projet de coopération internationale, « Bourse, Journalisme et développement - Université du Québec à Montréal » est financé dans le cadre de l'Initiative Journalisme et développement (IJD) du Programme d'information sur le développement de l'Agence canadienne de développement international. Le projet consiste à susciter une meilleure compréhension des enjeux de développement et de coopération internationale ainsi que du rôle du Canada dans l'aide au développement. Ce projet permettra d'offrir une première expérience de journalisme international à des étudiants. L’UQAM a reconduit pour deux ans la gestion d'un programme de bourse qui permet à un étudiant ou une étudiante du programme de journalisme de compléter sa formation universitaire par une expérience concrète sur le terrain. Les stages sont d’une durée de six à huit semaines, dont un séjour d'au moins trois semaines dans l'un des pays de concentration de l'ACDI. Le projet est en cours, il se déroule depuis 2007 jusqu’en 2010. La Faculté de communication est responsable du projet.

La récipiendaire de la bourse 2009-2010 réalise son projet de journalisme au Ghana.

Pour plus d’information à l'ACDI.

 Plus d'information concernant le projet de journalisme des deux récipiendaires de la bourse en 2007-2008, en Afrique, au Kenya.